samedi 14 avril 2018

Princesse d'Egypte

 Le roman de momie
Théophile Gautier

Garnier flammarion, 1973.

Un lord anglais découvre la momie d'une jeune fille et en tombe amoureux.
Un papyrus placé dans la tombe, conte l'histoire de la mystérieuse "endormie"... À Thèbes, en Égypte, au temps de Moïse, Tahoser, jeune et séduisante Égyptienne brûle d'amour pour Poëri, un bel inconnu. Mais Poëri appartient au peuple esclave des Hébreux et aime Ra'hel. Tahoser en a le coeur brisé... Pendant ce temps, Pharaon la poursuit d'un amour dont elle ne veut pas...


Je croise ce roman depuis l'enfance. Ma main se tendait souvent vers lui à la bibliothèque municipale. Je l'ai souvent ouvert. J'ai découvert plusieurs fois les premiers mots aussi. Pourtant, je ne l'avais encore jamais lu.
Je confesse avoir eu quelques difficultés à entrer dans ce roman. Certes, l'ambiance y est envoûtante. J'aime beaucoup l'ambiance "archéologie égyptienne", j'ai donc été une proie facile. Mais les interminables (et bien trop méticuleuses) descriptions de Gautier ont eu raison de moi par moment. Cependant, le roman gagne en intensité dans le dernier tiers et j'ai été totalement happée. Impossible alors de lâcher cette histoire. Je voulais absolument connaître la fin de ce conte égyptien teinté de christianisme. J'ai embarqué jusqu'au dernier mot.
Gautier nous offre une oeuvre profondément romantique, dans sa thématique comme dans sa forme. L'Orient y est fantasmé, la nature et les sentiments des personnages se répondent, tiennent une grande place dans le livre. 
Ce fut une lecture à retardement. Le début fut laborieux et la fin, merveilleuse. A découvrir.
" Cette vieille hideuse, s'accrochant de ses doigts osseux au rebord du char, à côté de ce Pharaon de stature colossale et semblable à un dieu, formait un étrange spectacle qui, heureusement, n'avait pour témoin que les étoiles scintillant dans le bleu noir du ciel ; placée ainsi, elle ressemblait à un de ces mauvais génies à configuration monstrueuse qui accompagnent les âmes coupables aux enfers. Les passions rapprochent ceux qui ne devraient jamais se rencontrer ".
Théophile Gautier, Le roman de la momie, garnier flammarion, 1973. 
(Photos : Romanza2018)

3 commentaires:

unlivreunthe a dit…

Je ne sais même pas si je l'ai déjà lu... en tout cas aucun souvenir.

FondantGrignote a dit…

quel plaisir de retrouver ce roman chez toi !! je l'ai lu au collège, en lecture personnelle, et j'avais beaucoup, beaucoup aimé.

Claire a dit…

J'ai de vagues souvenirs de cette lecture faite quand j'étais adolescente mais ce que tu en dis m'intrigue.
Comme toi, j'aime l'ambiance "archéologie égyptienne". Et je le note pour m'y replonger un jour. J'ai envie de lire plus de classiques.