jeudi 10 avril 2008

Où il est question de fantômes, de princes et de crânes

Hamlet
William Shakespeare

Librio, 2007


" II y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark ! " Le soir venu, le spectre du roi défunt hante les brumes du château d'Elseneur. II crie vengeance. Honte à son frère Claudius, le lâche assassin ! Hamlet, son fils, a promis... Ce crime ne restera pas impuni. Mais au bord du gouffre, le voilà qui vacille : " Être ou ne pas être ? " Jeu de miroirs, faux-semblants... Théâtre dans le théâtre... Folie simulée ou véritable démence ? Le meurtre est pourtant bien réel. Et la mort d'Ophélie annonce d'autres désastres. Au cœur de la tragédie jaillissent alors les voix mystérieuses du pouvoir et de la guerre, de l'amour et de la mort. La poésie de Shakespeare fuse à chaque instant en vocalises sublimes, composant ici le mythe universel d'une humanité confrontée à ses propres démons..

On est très loin de Roméo et Juliette dans cette oeuvre de monsieur Shakespeare. Mort, trahison, folie, meurtre ... Aucune scène qui fait rêver, que des scènes qui font frémir. C'est noir, dramatique et très pessimiste, mais Dieu que c'est bon! L'écriture de Shakespeare est toujours aussi parfaite. Tant de passion dans les mots est exceptionnel!
Une quantité incroyable de scènes cultes : la belle Ophélia flottant sur l'eau ; les spectre d'Hamlet père ; la scène du cimetière ... et j'en passe.
Une oeuvre obscure mais magnifique qui m'a fait penser au romantisme mysthique des soeurs Brontë.

"Hamlet : Anges, ministres de grâce, défendez-nous! Qui que tu sois, esprit salutaire ou lutin damné; que tu apportes avec toi les brises du ciel ou les rafales de l'enfer; que tes intentions soient perverses ou charitables; tu te présentes sous une forme si provocante que je veux te parler. Je t'invoque, Hamlet, sire, mon père, royal Danois! Oh! réponds-moi! Ne me laisse pas déchirer par le doute; mais dis-moi pourquoi tes os sanctifiés, ensevelis dans la mort, ont déchiré leur suaire! Pourquoi le sépulcre où nous t'avons vu inhumé en paix a ouvert ses lourdes mâchoires de marbre pour te rejeter dans ce monde! Que signifie ceci? Pourquoi, toi, corps mort, viens-tu tout couvert d'acier, revoir ainsi les clairs de lune et rendre effrayante la nuit. Et nous, bouffons de la nature, pourquoi ébranles-tu si horriblement notre imagination par des pensées inaccessibles à nos âmes? Dis! Pourquoi cela? Dans quel but? Que veux-tu de nous?"
(Hamlet, Librio, scène 4, acte 1, p 26)


(Source de l'image : Wikipedia.org)

6 commentaires:

Karine a dit…

Je l'ai lu et beaucoup aimé il y a un bon moment... je serais sans doute due pour une relecture... ou mieux, pour le voir au théâtre!

La liseuse a dit…

c'est noté. J'ai lu Macbeth que j'ai adoré. cela se passe en Ecosse. Ambition, drame et complot au menu. J'ai aussi à lire le roi Lear.

Romanza a dit…

Karine:
C'est vrai que c'est un régal de voir en vrai des piéces que l'on a lu. De voir les personnages sur scène et d'entendre les tirades qui nous ont émus. Un délice!

La liseuse:
"Macbeth" m'attire énormément aussi. J'ai tant entendu parler de Lady Macbeth ...
"Le roi Lear" également!
Il y a aussi "Othello", "La nuit des rois" et surtout "Songe d'une nuit d'été" que j'ouvre bientôt!

Bisous ...

Lou a dit…

J'ai lu un extrait via le recueil "dansons autour du chaudron". J'ai vraiment adoré, c'était superbement écrit et assez lugubre. Du coup, moi qui n'avais pas encore envie de lire M. Shakespeare, j'ai changé d'avis !! Et si tu aimes Shakespeare peut-être aimeras-tu aussi le livre de Peter Ackroyd "William & Co" (il est sur mon blog si tu cherches des infos). L'auteur est surtout spécialiste du XIXe je crois, il a écrit un livre sur Londres à l'époque victorienne.

Romanza a dit…

Je me presse d'aller voir tout ça madame ... ;)

Princesse Victoria a dit…

C'est ma pièce préféré de Shakespeare, à chaque fois je m'évade dans un autre monde.
Je voulais aussi dire que tes critiques sont excellentes !