dimanche 4 décembre 2016

" Je veux bien être une dévergondée mais pas une putain."

Mademoiselle Else
Arthur Schnitzler

Stock, 2009.

Else doit trouver cinquante mille florins pour sauver sa famille de la ruine. Un vieux monsieur se propose de les lui fournir en échange de quoi il veut " voir " la jeune fille. Else commence par se révolter mais, traversée de désirs obscurs, troublée par des images qu'elle enfermait en elle, elle finit par s'y résoudre. Cela se fera publiquement, le soir, dans la salle de musique de l'hôtel.

C'est un vrai coup de cœur que j'ai ressenti pour ce court roman extrêmement fort et juste. 
D'une écriture très fine, Arthur  Schnitzler nous offre une oeuvre magistrale. Nous suivons la pauvre Else dans ses débats intérieurs, ses doutes et ses révoltes. L'esprit de l'héroïne est si bien retranscrit que ce roman en devient étouffant. Dans les dernières lignes, mon cœur battait fort, j'avais envie de crier.
Mademoiselle Else est un roman qui met en lumière le pouvoir des hommes sur les femmes. Else est la proie d'un vieil homme, mais également un outil de survie pour ses parents. Totalement esclave du bon vouloir de sa famille, elle sera pousser à commettre un acte indécent et provocateur. Arthur Schnitzler nous questionne : qu'aurait-on fait nous à la place d'Else? Comment se sortir d'un tel dilemme? En tout honnêteté, je n'ai pas la réponse. Le sort d'Else est tragique et bouleversant. Cette fin brutale nous hante plusieurs jours après avoir fermé le roman. Arthur Schnitzler a réussi à rendre son personnage principal si vivant que lorsque sa voix s'éteint, nous ressentons un grand vide. Pourtant, Else est très particulière. Ce n'est pas si simple de l'aimer. Mais c'est ce qui rend aussi ce roman fabuleux, Else est humaine. Elle a des failles et des défauts. 
Un roman sublime, parfaitement maîtrisé, à l'écriture puissante.

" - Vous me regardez, Else, comme si j'étais devenu subitement fou. Je le suis un peu, car il émane de vous un charme dont vous semblez inconsciente. Ne sentez-vous pas que ma prière n'a rien d'offensant pour vous ? Oui, c'est une prière même si elle ressemble à s'y méprendre à un chantage. Je ne suis pas un maître chanteur, un homme seulement, un être humain, qui connaît la vie, et qui sait par expérience que tout en ce monde a son prix et que celui qui donne son argent, quand il pourrait le troquer, n'est qu'un pauvre fou. Et ce que je veux acheter, cette fois, Else, quel qu'en soit le prix, vous ne serez pas appauvrie pour me l'avoir vendu. Et cela restera un secret entre vous et moi, je vous le jure, Else, de par tous les charmes que vous dévoilerez devant moi, pour me combler.(Mademoiselle Else, A.Schnitzler, Stock, 2009)

(Photos : Romanza2016)

" Du corps par le corps avec le corps depuis le corps et jusqu'au corps "

Syngué sabour - Pierre de patience
Atiq Rahimi

Folio, 2013.

" Cette pierre que tu poses devant toi... devant laquelle tu te lamentes sur tous tes malheurs, toutes tes misères... à qui tu confies tout ce que tu as sur le coeur et que tu n'oses pas révéler aux autres... Tu lui parles, tu lui parles. Et la pierre t'écoute, éponge tous tes mots, tes secrets, jusqu'à ce qu'un beau jour elle éclate. Elle tombe en miettes. Et ce jour-là, tu es délivré de toutes tes souffrances, de toutes tes peines... Comment appelle-t-on cette pierre ? " En Afghanistan peut-être ou ailleurs, une femme veille son mari blessé. Au fond, ils ne se connaissent pas. Les heures et les jours passent tandis que la guerre approche. Et la langue de la femme se délie, tisse le récit d'une vie d'humiliations, dans l'espoir d'une possible rédemption.

Syngué sabour est un roman qui ne peut laisser indifférent. L'histoire de cette femme sans prénom, symbole de toutes les femmes opprimées, interroge, bouscule, révolte. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à une écriture si crue et directe. Syngué sabour m'évoquait quelque chose tout en retenue, très poétique. En réalité, c'est un texte sans concession, très dur ou rien ne nous est caché. Nous rentrons dans le cœur de cette femme n'ayant jamais connu la tendresse ou le respect. Tandis que son mari est plongé dans le coma, elle ose lui confier ses pensées, ses peines, sa colère. En tant que femme, on ne peut qu'être révoltées de la vie du personnage féminin. Aucun droit d'opinion, aucune liberté d'expression, ... Toujours taire ce que l'on ressent, avoir constamment tort, être par principe une "chose" faible, impure et immorale, ... Mon cœur s'est beaucoup serré à la lecture de ce texte. 
Syngué sabour est un témoignage puissant et violent de la condition féminine. L'écriture manque de douceur et de poésie pour ma part, mais je comprends qu'avec un tel sujet, une telle réalité, la douceur aurait été presque déplacée. Oui, c'est cru, dur et révoltant, mais il s'agit d'un fait qu'il est essentiel de dévoiler et de connaître.

" Je n'ai jamais compris pourquoi chez vous, les hommes, la fierté était tant liée au sang. Sa main se lève encore dans les airs. Ses doigts bougent. On dirait qu'elle fait signe à quelqu'un d'invisible de s'approcher. Mais tu te rappelles qu'un soir; c'était au début de notre vie commune, tu étais rentré tard. Ivre mort. Tu avais fumé. Je m'était endormie. Sans me dire un mot, tu as baissé ton pantalon. Je me suis réveillée. Mais j'ai fait semblant de dormir profondément. Tu m'as...pénétrée... Tu as eu tout le plaisir du monde... mais lorsque tu t'es levé pour te laver, tu as aperçu du sang sur ta queue! Furieux tu es revenu et tu m'as battue au beau milieu de la nuit, juste parce que je t'avais pas averti que j'avais mes règles. Je t'avais sali! ricana-t-elle. J'avais fait de toi un impur! "

(Syngué sabour, Atiq Rahimi, Folio, 2013)
(Photos : Romanza2016)

vendredi 4 novembre 2016

" La magie des livres est une drogue, un sortilège, une échappatoire, aussi puissante, aussi envoûtante que le Pays Imaginaire de Peter Pan. "

Manderley for ever
Tatiana de Rosnay

Albin michel, Héloïse d'Ormesson, 2015.


« J’ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley. » C’est par cette phrase que commence Rebecca, le roman de Daphné du Maurier porté à l’écran par Alfred Hitchcock. Depuis l’âge de douze ans, Tatiana de Rosnay, passionnée par la célèbre romancière anglaise, fait de Daphné du Maurier un véritable personnage de roman. Loin d’avoir la vie lisse d’une mère de famille, qu’elle adorait pourtant, elle fut une femme secrète dont l’œuvre torturée reflétait les tourments. Retrouvant l’écriture ardente qui fit le succès d’Elle s’appelait Sarah, vendu à plus de neuf millions d’exemplaires à travers le monde, Tatiana de Rosnay met ses pas dans ceux de Daphné du Maurier le long des côtes escarpées de Cornouailles, s’aventure dans ses vieux manoirs chargés d’histoire qu’elle aimait tant, partage ses moments de tristesse, ses coups de cœur, ses amours secrètes. Le livre refermé, le lecteur reste ébloui par le portrait de cette femme libre, bien certaine que le bonheur n’est pas un objet à posséder mais un état d’âme.
(Avant tout, pardon! Je suis peu présente sur la toile. J'ai 3 avis de lecture en attente et ces derniers ne seront pas très glorieux. Je suis dans une période de ma vie un peu particulière et surtout très chargée. Je lis toujours, mais moins et mes avis seront rédigés avec moins de soin que d'habitude). 

Tout en me régalant depuis plusieurs années de ses romans, Daphné du Maurier restait pour moi un mystère. Malgré ma lecture de Maderley For ever, je crois qu'elle le restera toujours. Daphné du Maurier est une personnalité complexe. Femme étrange, masculine, parfois égoïste et pourtant si généreuse, adulée du public, boudée par la critique, un style d'écriture qui change radicalement d'un roman à l'autre, ... Daphné du Maurier est déroutante. 
Pour moi, elle est l'auteure fabuleuse de Rebecca, Les oiseaux, L'amour dans l'âme et tant d'autres textes qui m'ont tenus en haleine, le souffle court, la gorge serrée. Pour écrire ainsi, il fallait avoir un cœur énorme et une imagination débordante. 
J'aime les romans de cette grande dame anglaise injustement boudée par la critique. Ses romans sont intelligents, vifs, poignants, complexes. Tatiana de Rosnay nous éclaire un peu sur cette femme énigmatique et fascinante. Dans un style fluide et très agréable, elle nous embarque dans le quotidien de l'auteure. Enfance, passions, fièvre de l'écriture, angoisse de la page blanche, les difficultés de concilier la vie professionnelle et familiale, ... elle dresse un portrait sans concession d'une femme souriante pleine de vie, mais à l'humeur souvent noire. 
Cette biographie est un régal à lire. Chaque moment lecture était un plaisir. Intime, plein d'amour, ce texte est un bel hommage à Daphné du Maurier. Mon cœur était douloureux lorsque j'ai tourné la dernière page. Je suis heureuse d'en connaître plus sur sa vie (notamment sur son amour des maisons qui lui a inspiré la plupart de ses grands romans). 
J'aime dans les biographies d'écrivains les "voir" écrire les romans que j'ai tant aimés. J'ai envie de leur dire merci. Merci pour toutes ses émotions ... grâce à eux je ne me suis jamais sentie seule, j'ai pu vivre mille vies en une ...
Je suis bien évidemment décidée à lire tous les romans de Daphné du Maurier ... même ceux un peu à part dans son oeuvre. Je n'ai pas toujours trouvé Daphné sympathique dans ce texte, mais elle m'a touchée et sa personnalité me fascine. 
A lire absolument ... que l'on connaisse ou non les romans de Du Maurier. 
" Ces visages anonymes, ces yeux qui la détaillent, que peuvent-ils comprendre du processus d'écriture, eux qui n'ont jamais écrit de roman de leur vie ? Que savent-ils des doutes qui envahissent les écrivains ? Croient-ils, ces inconnus qui l'écoutent à présent dans le silence de cette pièce austère de la Cour fédérale de Foley Square, qu'un livre s'écrit d'un trait, qu'un roman se bâtit à partir d'une seule idée, que l'auteur n'a qu'à suivre cette idée comme un mouton placide, tirer un fil et le retranscrire ? Ils ne pourront jamais entrevoir à quel point la pensée d'un romancier est nébuleuse, complexe, tissée de contradictions et de non-dits, ni se douter comme c'est dégradant d'être debout, là, face à eux, à devoir décortiquer l'inspiration comme si c'était une vulgaire recette de cuisine, à démonter les rouages alambiqués de cette alchimie intime, le mécanisme à l'oeuvre dans les replis de son cerveau."(Maderley For ever, Albin Michel, 2015.)
(Photos Romanza2016)

samedi 29 octobre 2016

Swap Parfum d'ailleurs, l'Orient.

Comme chaque année, mon amie du blog Un livre Un thé et moi-même avons eu le plaisir de s'échanger de beaux colis.
Cette année nous avions choisi l'Orient et ses merveilles et comme toujours, mon amie m'a bien trop gâtée.
Après m'être préparée un bon café accompagné de délicieux biscuits. Je me suis installée confortablement pour profiter pleinement de ce moment de pur égoïsme et de bonheur.


J'ai découvert de jolis paquets et plein de petits nougats bien appétissants. J'ai suivi les instructions de la belle carte japonaise et j'ai ouvert l'un après l'autre, les petits paquets.


Côté gourmandises, j'ai de quoi me régaler pour plusieurs jours. En plus, des délicieux nougats éparpillés dans le colis, j'ai trouvé un thé aux cranberrys qui sent délicieusement bon, une tisane Chai, du chocolat aux amandes, un cake aux abricots et du riz à la coco (que j'ai déjà cuisiné ce soir pour un repas indien accompagné de Dhal aux lentilles et de galettes végétariennes. Un régal!). 

Pour les petits plaisirs, un savon parfumé aux agrumes, une bougie rhubarbe/coing qui embaume et une boule à thé en forme de théière (je suis fan).

Les lectures, quant à elle, donnent terriblement envie d'y plonger. Route des Indes de E.M Forster (auteur anglais à la plume si vive et juste), Itinéraire d'enfance de Thuong Thu Huong (que j'ai très envie de découvrir), Pays de neige de Kawabata (un auteur qui m'intrigue et m'interpelle), Singué sabour de Rahimi (hâte de connaître cette histoire) et Les années douces de Kawakami (la sérénité de la couverture m'apaise).


Un colis sublime, délicat, à l'image de ma si tendre amie que je remercie de tout cœur.
(Tu sais à quel point ce moment m'a fait du bien en cette dure période).



Merci.

dimanche 25 septembre 2016

I feel good!

La malédiction des pharaons 
Elizabeth Peters

 Livre de poche, 1981.


" C'était bien l'intention de sir Henry de poursuivre ses fouilles à Louxor jusqu'aux fondations de l'édifice pour s'assurer que la sépulture n'avait pas été découverte lors de la précédente expédition.

Et de fait, à peine les ouvriers s'étaient-ils mis à l'oeuvre, que leurs pelles dégagèrent la première marche d'un escalier taillé dans le roc. Le Times en fit un compte rendu détaillé en page trois. La dépêche suivante, en provenance de Louxor, eut droit en revanche à un gros titre en première page. Sir Henry Baskerville était allé se coucher la veille en pleine santé. On l'avait retrouvé le lendemain matin dans son lit, rigide et sans vie, le visage déformé par l'épouvante.
Sur son front, on reconnaissait, grossièrement dessiné avec du sang, un uræus, le cobra sacré des anciens Egyptiens, le symbole divin des pharaons.

Une fois encore, l'impavide Amelia Peabody, son mari, l'éminent égyptologue Radcliffe Emerson, et leur fantasque rejeton, le jeune Ramsès, devront affronter le mystère et conjurer la malédiction des pharaons.

J'ai découvert Amelia Peabody avec le premier tome de ses aventures, Un crocodile sur un banc de sable, il y a quelques années. L'ambiance British, l'Egypte, l'humour de la plume de Peters m'avaient emballée. Ce second tome fut un régal. Les romans d'Elizabeth Peters rentrent sans aucun doute dans ma liste de romans qui rendent heureux. Une série "Feel good" à découvrir très vite si ce n'est pas déjà fait. 
La série Amelia Peabody s'inscrit dans la tradition des vieux policiers tels Agatha Christie ou Patricia Wentworth, mais avec une plume plus moderne. Je tombe complètement sous le charme de cet univers envoûtant. C'est moins pour l'intrigue policière que pour l'ambiance, les personnages, les dialogues que je me suis régalée. Le mystère entourant la mort de Lord Baskerville bien qu'intéressant n'est pas l'attrait principal de ce roman. Rien que pour les personnages d'Amelia et Emerson, cette série doit être lue. Amelia est un bijou d'ironie et d'intelligence. Lire ses réflexions, ses tirades sont un pur régal. C'est une femme moderne, indépendante, féministe. Pas question de rester tranquillement au salon à boire le thé pendant que monsieur participe à des fouilles. Amelia, ombrelle en main, est de toutes les aventures. Quant à Emerson, comment ne pas être séduite par cet homme bourru mais tendre, spirituel et un brin prétentieux? La relation entre Amelia et Emerson est passionnante. Entre respect, rapport de force, complicité, Elizabeth Peters a crée un couple inoubliable. Je ne me lasse pas de leurs échanges enflammés, de leur répliques cinglantes, mais aussi de leur profonde affection et leur grande estime l'un envers l'autre. J'ai énormément ri. Et ça fait un bien fou. 
Sans oublier le cadre! L'Egypte et ses merveilles, le milieu de l'archéologie, la connaissance, le savoir. Cette série est un mélange de détente, d'humour et un bel hommage à la science et la découverte. 
Pour ceux qui craignent de se lancer dans une énième série aux tomes trop nombreux, sachez que les romans d'Amelia Peabody peuvent se lire indépendamment. Cependant, il existe une certaine chronologie et je les lirai dans l'ordre si j'étais vous. Vous pouvez laisser plusieurs années entre chaque tome, vous ne serez pas perdus. Désormais je sais, pour ma part, qu'Amelia Peabody viendra régulièrement s’immiscer entre deux lectures. Telle Agatha Christie, elle sera une petite tradition annuelle. 
" Les événements que je vais vous relater commencèrent par un après-midi de décembre, jour où j’avais convié Lady Harold Carrington et certaines de ses amies à prendre le thé.Ne vous laissez pas abuser, aimable lecteur, par cette déclaration liminaire. Elle est exacte, certes (comme le sont toutes mes déclarations), mais si vous nourrissez l'espoir de lire un récit de simplicité pastorale, agrémenté de commérages sur la haute société du comté, vous serez cruellement déçu. La paix bucolique n'est point mon élément, et l'organisation de goûters n'est en aucun cas ma distraction favorite. Pour tout dire, je préférerais être pourchassée dans le désert par une bande de derviches sauvages armés de lances et assoiffés de sang. J'aimerais mieux être poursuivie par un chien enragé et contrainte de me réfugier dans un arbre, ou me retrouver face à une momie sortie de son tombeau. J'aimerais mieux affronter des poignards, des pistolets, des serpents venimeux ou la malédiction d'un roi trépassé depuis des siècles.Quitte à être accusée d’exagération, permettez-moi de souligner que j'ai connu toutes ces expériences, à l'exception d'une seule. Remarquez, Emerson a déclaré un jour que si je devais réellement rencontrer une bande de derviches, même les plus pacifiques d'entre eux seraient enclins à me massacrer au bout de cinq minutes, excédés par mes incessantes récriminations. Pour Emerson, il s'agit là d'une remarque spirituelle. "(Incipit, La malédiction des pharaons, Livre de poche, 1981)
(Photos : Romanza2016)

vendredi 2 septembre 2016

" On n'entre pas tous les jours dans un conte, surtout au temps des jeux en ligne. "

Elio
Pierre Lieutaghi

Actes Sud, 2014.

 Dans une grande maison-jardin désuète de la banlieue lyonnaise, Elio, qui n’a pas encore vingt ans, amoureux des herbes folles jusqu’à jalouser les coccinelles, rencontre les mots dont il a tôt deviné que d’eux seuls viendra le salut. Il vit avec Isée, la soeur rieuse et impertinente, et Linda, une mère infiniment plus douée en tendresse qu’en aveux. Dans la famille, l’affection n’est jamais absente, mais le secret qui entoure la mort du père empêche une vraie parole. Linda n’a épargné personne dans le piège de silence qu’elle s’est à elle-même tendu le jour de la mort de Martin. Il faudra l’irruption joyeuse et formatrice de Lise, celle qui magnifie les petites choses et dédramatise les grandes, la complicité du grand-père Luciano et les secrets d’un herbier pour la libérer de la culpabilité, pour qu’Elio et Isée connaissent la part d’amour et de vérité contenue en chaque mensonge.
Au long de ce roman de la filiation, des attachements, des renoncements et des rencontres bouleversantes, la voix d’Elio emprunte à la sagesse des proches, mais aussi aux épreuves, les mots justes et l’humour pour dire la complexité des premiers savoirs et des premiers désirs.
Ce récit d’apprentissage du bonheur est le premier roman d’un écrivain qui a longtemps privilégié l’ethnobotanique.


C'est très lentement que je suis rentrée dans ce texte peu connu. A pas de loup, j'ai volé des instants à un planning bien chargé. Au bout de quelques pages, j'ai compris que j'étais plongée dans un roman particulier, doux et envoûtant. Elio est un petit coup de cœur. Discret, mais bien réel
Pierre Lieutaghi prône le respect de la langue, c'est un amoureux du beau langage. Elio nous offre une lecture riche et des phrases travaillées. C'est un roman qui se veut à la fois humain et érudit. Bien que parfois complexe, l'écriture reste fluide et agréable. L'auteur revendique l'importance de la culture, de la curiosité. Elio est plein de références, parfois explicites, souvent discrètes. Le lecteur est sollicité, stimulé. Art, littérature, cinéma, ... le monde d'Elio est riche, ouvert au monde et à la connaissance. 
Il est vrai qu'il semble impossible de croiser dans la vraie vie des ados parlant comme Elio et Isée, ayant une telle maturité, un tel rapport entre eux et avec le monde, mais on y croit car l'histoire est humaine, bien écrite, juste. Le monde de Pierre Lieutaghi me plaît et j'y resterai bien.
Il n'y a rien de fantastique dans l'intrigue. Amoureux des page-turner, passez votre chemin! Elio n'est fait que de moments de vie, de questionnements. C'est un roman d'apprentissage d'une grande simplicité. L'écriture savante et poétique se heurte à l'intrigue très minimaliste
Les personnages de ce roman sont inoubliables. Ils sont vivants. Les dialogues sont efficaces, drôles et émouvants. Outre Elio et Isée, nous rencontrons la fantastique Lise qui rend tout merveilleux. Cette Mary Poppins en chair et en os viendra illuminer la vie des deux ados : "Dire que Lise a élargi notre compréhension du monde, et par conséquent de nous-mêmes, n'a rien d'exagéré" (p89)
Elio, c'est l'amour des instants simples, les petites joies, les petits riens. On remarque ces choses qui parfois nous échappent, on prend le temps, on prend du recul et on observe : "Elle fait son rire à réparer les jours en morceaux." (p350). Au pays d'Elio, on fuit les écrans et on ouvre un livre à la place. On prend le temps de cuisiner, étudier, discuter, s'éveiller, s'ouvrir au monde. Je donnerai beaucoup pour me rendre dans la maison de Lise entourée de nature, un coin de paradis hors du monde. 
Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce roman d'une grande poésie. Elio n'est pas sans défaut, mais il est d'une si grande fraîcheur et si original que l'on oublie certaines longueurs avec joie. Je me suis sentie bien dans ce monde et c'est avec tristesse que je l'ai quitté. 
" Le retour à l'école. On rentrait à pied par beau temps. Lise connaissait des ruelles, des passages secrets entre les murs où elle avait ses rendez-vous saisonniers depuis l'enfance avec un chèvrefeuille, un rosier immense, un bigarreautier oublié des cueilleurs. On aimait bien revoir le chat de fonte peint en noir qu'elle nous avait montré sur un pilier, le bassin rocailleux plein de nymphéas, à travers le défaut d'un gros portail. Partout, à tout moment, il y avait des choses nouvelles à découvrir ; un nom sur une boîte aux lettres, où Lise décelait des étymologies farfelues (G.Mouru : quelqu'un qui est mort sans savoir ses participes passés. Brocoli : forcément né dans un chou. Chiron-Pelloux : lointain descendant d'un centaure particulièrement velu, etc.) ; un nid de rouge-queue dans une boîte à lettres, celle-ci avec un carton qui explique l'occupation pour maternité et demande au facteur de déposer le courrier "dans la poubelle rouge derrière la grille s'il vous plaît" ; un papier glissé entre mur et gouttière, qu'on déplie avec la conscience du sacrilège, dont on lit seulement les premiers mots avant de le remettre dans sa cachette : "Chloé chérie, je t'attens à 6h pré de ... - " J'ai honte pour lui, commente Isée. Si un garçon m'écrivait avec autant de fautes, il irait au cours de rattrapage avant d'oser m'appeler chérie" ; des centaines de fourmis qui s'échinent à faire entrer dans un trou trop étroit un lucane aux pattes encore agitées - le lendemain, pourtant il a disparu. "
(Elio, Pierre Lieutaghi, Actes sud, p74) 
(Photo : Romanza2016)

dimanche 7 août 2016

" Voilà bien les hommes : toujours croire qu’une femme pense à l’un d’eux ! "

Avec vue sur l'Arno
E.M Forster

Challenge Myself 2016

Robert Laffont, Pavillons poche, 2014.

Comme son adaptation au cinéma sous le titre Chambre avec vue l'a montré, le charme qui se dégage de ce roman d'apprentissage amoureux, écrit par le grand écrivain britannique E. M. Forster (1879 - 1970), n'a rien perdu de son intensité au fil du temps. C'est que l'initiation à l'amour est un thème éternel, et lorsqu'il est traité avec l'humour et la fine psychologie de l'auteur de Route des Indes, il n'est pas près de passer de mode. C'est ainsi qu'entre un baiser volé parmi les cataractes de violettes sur les ravins de Fiesole, un autre baiser raté par un fiancé au pince-nez d'or et un troisième arraché par un amoureux passionné sur un sentier étroit, la jeune Lucy va se libérer du carcan victorien de son milieu pour devenir une héroïne qui fait rêver aujourd'hui encore, comme elle a enchanté et enthousiasmé ses lecteurs voici un siècle.

Tout comme avec Maurice, j'ai d'abord été perturbée par la plume de Forster. Lors de ma première lecture, c'était la distance qu'il créait entre lui et ses personnages qui m'avait surprise. Avec vue sur l'Arno est déstabilisant par son style un peu "brouillon" dans les premières pages. Peut-être est-ce la traduction qui est cause de cette impression.  L'écriture est étrange, peu claire par moment. On ne sait plus ce qui se passe, qui parle, ni ce qui est dit. Pourtant, cette sensation a vite laissé place a beaucoup d'intérêt et de plaisir. J'ai finalement embarqué dans cette belle histoire pleine de vie et de fougue. 
Avec vue sur l'Arno est l'histoire d'une émancipation. Tout au long du roman, Lucy va apprendre à penser par elle-même, faire des choix et cesser de subir sa vie. J'ai trouvé ce roman très juste car il ne cherche pas à séduire, à émouvoir ou à rallier le lecteur à sa cause. Il montre seulement une jeune fille peu remarquable, presque banale, qui comprend l'importance d'être soi même. Toujours avec cette retenue, cette timidité presque, Forster nous parle d'intimité, de connaissance de soi, de révélation.  
Un joli roman ... qui a mis du temps à m'emmener avec lui, mais qui a finalement réussi. 
" - Je pense simplement à ma théorie favorite sur Miss Honeychurch. Est-il logique qu'elle joue si merveilleusement du piano et mène une petite vie si calme ? Je soupçonne qu'un jour viendra où elle vivra comme elle joue, merveilleusement. Les cloisons étanches s'effondreront en elle, musique et vie se mêleront. Elle se révélera alors héroïquement bonne, héroïquement mauvaise peut-être - peut-être encore trop héroïque pour être dite mauvaise ou bonne."
(Avec vue sur l'Arno, Forster, Pavillons poche, 2014)
(Photos : Romanza2016)

samedi 23 juillet 2016

" Les livres sont des miroirs, et l'on y voit que ce qu'on porte en soi-même."

L'ombre du vent
Carlos Ruiz Zafon

Livre de poche, 2006.

Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. 
L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y "adopter" un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets enterrés dans l'âme de la ville : L'Ombre du Vent. 
Avec ce tableau historique, roman d'apprentissage évoquant les émois de l'adolescence, récit fantastique dans la pure tradition du Fantôme de l'Opéra ou du Maître et Marguerite, énigme où les mystères s'emboîtent comme des poupées russes, Carlos Ruiz Zafon mêle inextricablement la littérature et la vie.

Alors que beaucoup de lecteurs ont déjà découvert L'ombre du vent depuis longtemps, je viens pour ma part tout juste de le lire.
J'ai lu les premières pages avec distance, détachement. Le style et l'ambiance étaient agréables, mais je n'avais pas l'impression de découvrir une histoire très novatrice ou palpitante. Puis, tout s'est emballé. Sans que je m'y attende, par surprise, Carlos Ruiz Zafon m'a embarquée dans son monde. J'ai pris mon temps, j'ai savouré. Entre secrets, livres oubliés, écrivains maudits, j'ai plongé dans ce roman avec passion. 
Ce n'est pas la plume ou le style de l'auteur qui m'ont réellement marquée. L'ombre du vent est un univers envoûtant, vibrant, vivant. Les personnages étaient là près de moi, j'ai parcouru inlassablement les rues de Barcelone, je connais par cœur la librairie Sempere. Oscillant entre humour (les répliques de Fermin sont un régal et resteront l'un de mes meilleurs souvenirs!), poésie, horreur, l'auteur joue constamment avec nos émotions. J'ai autant pleuré que souri, tremblé que soupiré. Certaines scènes resteront gravées. L'ombre du vent est un roman qui émeut, qui met en colère, qui attendri, qui écœure parfois, qui révolte souvent.
Ce n'est pas un roman parfait, mais c'est aussi ce qui fait son charme. C'est un roman humain. C'est une histoire qu'on se raconte au coin du feu, qu'on partage, qui fait palpiter le cœur et hérisser le poil
Un roman que j'offrirai à des gens qui n'aiment pas lire. Je suis persuadée que L'ombre du vent fait parti de ces romans qui réconcilient les plus récalcitrants avec la magie des mots. Par son humanité, sa fougue, ses personnages vivants, son intrigue captivante, L'ombre du vent peut faire succomber les plus hostiles. 
Dans une vitrine, je vis un placard publicitaire de la maison Phillips qui annonçait l'arrivée d'un nouveau messie, la télévision, dont il était dit qu'elle changerait nos vie et nous transformerait tous en créatures du futur, à l'image des Américains.La télévision est l'Antéchrist, mon cher Daniel, et je vous dis, moi, qu'il suffira de trois ou quatre générations pour que les gens ne sachent même plus lâcher un pet pour leur propre compte et que l'être humain retourne à la caverne, à la barbarie médiévale et à l'état d’imbécillité que la limace avait déjà dépassé au Pléistocène. Ce monde ne mourra pas d'une bombe atomique, comme le disent les journaux, il mourra de rire, de banalité, en transformant tout en farce et, de plus, en mauvaise farce. "

(L'ombre du vent, Carlos Ruiz Zafon, Livre de poche, 2006)
(Photos : Romanza2016)

mardi 19 juillet 2016

Quand ça veut pas, ça veut pas!

Un cadavre dans la bibliothèque
Agatha Christie
 Le club des masques, 1994.

Le colonel Bantry est contrarié : une jeune femme, vêtue d'une toilette tape-à-l'œil, a été retrouvée étranglée dans sa bibliothèque ! Cruelle énigme pour la police. Heureusement, le manoir des Bantry est situé non loin du village de miss Marple. Cette sympathique vieille dame pleine de bon sens permettra, une fois de plus, de dénouer toute l'affaire.

D'habitude totalement envoûtée à chaque lecture de Dame Christie, j'ai cette fois eu beaucoup de mal à adhérer à cette histoire de cadavre. 
L’énigme tout d'abord n'est pas palpitante. L'enquête m'a ennuyée tout comme sa résolution. 
Je n'ai pas non plus réussi à apprécier Miss Marple, que j'ai malheureusement trouvé fade et absente. Hercule Poirot et son arrogance m'ont beaucoup manquée. 
Même le style ne m'a pas convaincue. Où est passé la plume si fine d'Agatha Christie? J'ai trouvé les phrases vulgaires, sans élégance et pauvres. 
Je suis peinée d'être aussi sèche, mais c'est un fait. Je suis incapable de donner plus d'arguments. Je n'ai pas embarqué dans cette mauvaise enquête et l'oublie très vite. 
Peut-être est-ce par ce que je m'étais habituée à l'originalité et le génie des autres textes de l'auteur! Un cadavre dans la bibliothèque n'est nullement comparable au sublime Crime de l'Orient Express, à Mort sur le Nil et tant d'autres. J'ai lu d'autres romans de l'auteure, moins connus et moins grandioses, mais qui avaient le mérite de me faire passer un bon moment. Là, ce n'est définitivement pas le cas. 
" Mrs Bantry rêvait. Ses pois de senteur venaient de remporter un premier prix à l'exposition florale. Le pasteur, revêtu de sa soutane et de son surplis, distribuait les récompenses dans l'église. Sa femme traversait nonchalamment l'auguste assemblée en maillot de bain mais, heureux privilège des songes, cette incongruité ne soulevait pas parmi les paroissiens le tollé qu'elle eût assurément déclenché dans la réalité...Mrs Bantry était ravie. Elle adorait ces rêves du petit matin qui s'achevaient par le premier thé de la journée.Le petit matin. Quelque part dans son subconscient, elle en percevait les bruits dans la maison. Le raclement, sur leur tringle, des rideaux de l'escalier tirés par la femme de chambre ; celui du balai-brosse et du ramasse-poussière de la bonne dans le couloir. Plus loin, le lourd claquement du loquet de la porte d'entrée que l'on déverrouillait.Un nouveau jour commençait. En attendant, il fallait profiter au maximum de cette exposition florale, car déjà sa nature onirique devenait de plus en plus apparente..."
(Un cadavre dans la bibliothèque, Agatha Christie, Club du masque, 1994, p9)
(Photos : Romanza2016)

samedi 25 juin 2016

" Comme il était difficile de satisfaire tous les désirs d’un homme ! "

Infidélités 
Vita Sackwille-West

Livre de poche, 2014.

Elle n’a que lui et elle l’adore, mais lui ne pense qu’à s’enfuir au plus vite… Elle dort à ses côtés, et lui, « les yeux grand ouverts dans la nuit », rêve à une autre… Elle attend depuis toujours qu’il s’engage, et lui ne peut attendre de lui révéler sa nouvelle existence… 
L’amour à sens unique, l’amour trahi, la vie qui se fendille en une seule phrase, négligemment glissée dans la conversation : dans ces six nouvelles composées entre 1922 et 1932, Vita Sackville-West montre une fois de plus à quel point elle excelle dans le tableau doux-amer des sentiments inexprimés.

Vita Sackville-West nous offre, avec ce recueil de nouvelles, une brillante analyse de l'esprit humain. 
Tel un cocon douillet, les premières lignes de la nouvelle ouvrant le recueil nous enveloppe de bonheur. Derrière cette douceur se cache la cruauté ... et tout le talent de Vita Sackville-West se dévoile.
Pris dans les filets de la passion, les personnages de cette oeuvre très réussie vont se révéler, se découvrir et parfois se replier sur eux-mêmes. Chacune de ses six nouvelles est travaillée avec précision et justesse. Telle une chirurgienne, Sackville-West dissèque les travers de l'Homme tourmenté par la passion ou le désir. Avec toujours cet humour qui lui est propre, elle nous conte les histoires de ses personnages vrais et justes. Parfois touchants, inquiétants à d'autre moment, j'ai aimé rencontrer les différents portraits de ce recueil. 
Même si pour moi Toute passion abolie reste indétrônable, Infidélités est une oeuvre très riche où l'on retrouve tout le génie de Sackville-West. 
"Ce matin- là, elle se réveilla plus tôt qu’elle ne l’aurait souhaité, voguant d’un sommeil délicieux vers un éveil tout aussi doux. Elle s’étira en glissant nonchalamment ses mains sous les oreillers duveteux éparpillés sur son lit sa tête, ses épaules s’enfonçaient dans ce nid douillet. Elle aimait en avoir beaucoup ; c’était un de ses petits luxes personnels, d’ailleurs elle en faisait souvent la remarque : qu’est- ce qu’une maison, sinon le lieu où l’on s’autorise tous les petits luxes possibles ?"
(Infidélités, Vita Sakville-West, Livre de poche, 2014.)
(Photos : Romanza2016)