lundi 7 avril 2008

"Laisse ton amour ruisseler sur tout ce qui vit"

Le choix de Sophie
William Styron



Folio, 2007.



A Brooklyn, en 1947, Stingo, jeune écrivain venu du Sud, rencontre Sophie, jeune catholique polonaise rescapée des camps de la mort. A la relation de la rencontre du jeune homme avec l'amour, se superposent la narration du martyre de Sophie, l'évocation de l'univers concentrationnaire et de l'holocauste nazi. Les deux veines, autobiographique et historique, irriguent en profondeur ce roman et fusionnent en une émouvante parabole sur l'omniprésence du Mal, symbolisé par l'horreur nazie, mais aussi par l'esclavage et le racisme brutal ou larvé de la société américaine, l'intolérance à tous les degrés, la férocité de la lutte de l'homme pour la vie ou la survie la plus élémentaire.


Ce roman me rend extrêmement perplexe. J'ai vécu, à la fois, des moments de grande littérature, mais il y a aussi beaucoup trop de détails qui m'ont dérangée pour classer ce livre parmi les très bons.
Ce roman est une complexité incroyable. Durant toute sa lecture, je regrettais de ne pas avoir fait des études de psychologie pour pouvoir comprendre les trois personnages principaux de ce livre. Réactions étranges, névroses, peurs enfouis. Un vrai travail qu'a réalisé William Styron pour comprendre l'inconscient humain.

Le choix de Sophie, c'est tout d'abord la Shoah et plus largement, toute forme de racisme. Personnage à part entière, la haine et la violence jalonnent tout le texte. Le récit de Sophie sur sa survie durant la guerre et Auschwitz arrive par bribes. On apprend de nouveaux élèments au fil du récit, jusqu'à la dernière révélation, le fameux "choix de Sophie", atroce, invivable. Cette Shoah si dévastatrice. Sophie en est revenue vivante et pourtant, elle n'est qu'un spectre. On ne renaît jamais après Auschwitz.
Le choix de Sophie, c'est aussi l'amitié. Une très belle histoire que ce triangle amoureux. Tous trois sont prêts à tout pour sauver l'un d'eux. Bien que tous les personnages se battent avec leur propre démon, ils s'épaulent, se soutiennent.
Le choix de Sophie, c'est le sexe. Extrêmement présent durant le roman. Grand point négatif pour ma part. Un peu de sexe ne m'a jamais dérangée, mais là c'est trop. Mots crus perpétuels, fantasmes et actes sexuelles décrits avec détails, ... Il y en a trop, jusqu'à écoeurement. Le sexe est vu comme une chose violente, parfois même une punition pour Sophie, celle qui n'aurait pas du survivre.
Le choix de Sophie, c'est aussi l'écriture et la lecture. Le jeune Stingo est écrivain. Quête de l'inspiration, quête de soi-même. On nous entraîne dans l'écriture de Stingo d'une façon géniallissime. J'ai beaucoup aimé cet aspect. Et puis, les livres! Grand point dans ce roman! Influence des romans, passion des romans ... Un hymne à la littérature.
Et enfin, je dirai que Le choix de Sophie, c'est la musique. La musique qui soulage, qui guérit, qui apaise. Celle part qui Sophie et Nathan vont s'aimer et se déchirer ...
Quel roman complexe et dur à lire! J'ai été submergée par des images et des scènes splendides, mais cette overdose de sexe dans le roman m'a presque empêchée d'apprécier certaines scènes. C'est vraiment le gros point que je lui reproche. Après ce livre vaut effectivement le coup. Une belle histoire d'amour à la fin majestueuse, un hymne à la vie, à la littérature et à la musique. Le personnage de Sophie est inoubliable. William Styron rend les personnages si humains qu'on les voit évoluer autour de nous.
Un roman qui a énormément de qualités, mais il faut avoir le coeur très très accroché ...


" Durant ces mêmes années, elle avait été privée de livres, en fait de presque toute forme de lecture, et elle se mit à lire avec avidité, s'abonnant à un journal polono-américain et fréquentant une librairie polonaise située à deux pas de Fulton Street et qui disposait d'une importante bibliothèque de prêt. Par goût, elle s'intéressait surtout aux traductions d'auteurs américains, et le premier livre qu'elle lut jusqu'au bout, elle s'en souvenait, fut Manhattan Transfer, de Dos Passos. Suivirent alors L'adieu aux armes, Une tragédie américaine et Au fil du fleuve, de Wolfe, ce dernier en traduction polonaise, une traduction si minable que, se résignant à rompre le voeu qu'elle s'était fait, au camp de concentration, de renoncer pour le restant de ses jours à tout ce qui était écrit en allemand, elle lut une traduction allemande qu'elle se procura dans une annexe de la bibliothèque publique."


(Le choix de Sophie, Folio, p 167-168)


(Source de l'image : veganism.mobi)

9 commentaires:

Karine a dit…

Je suis bien embêtée à la lecture de ton billet... la complexité et la difficulté de lecture me font reculer mais tu parles aussi de musique... je crois que je vais le noter, mais pour plus tard!

Romanza a dit…

Franchement, ce livre est d'une très grande qualité et il y a vraiment des choses extraordinaires dedans (la musique, la lecture, ...). Il vaut le coup d'être lu!
C'est juste que certains trucs m'ont dérangée ... vraiment dérangée! C'est dommage car certains passages sont sublimes!
Bref! Je te conseille de te lancer quand même.

Lou a dit…

Moi aussi je suis perplexe. En même temps, Styron est un auteur reconnu (je crois que je l'ai découvert à sa mort survenue il n'y a pas trop longtemps, non ?) et j'aimerais bien me faire ma propre opinion, donc je lirai très certainement ce livre. Mais j'avoue que tes bémols risquent aussi de me poser problème à la lecture. En tout cas merci pour ce billet très intéressant !
Et je n'ai pas oublié le tag:)

Romanza a dit…

Il faut le lire, je le pense vraiment, malgré ces quelques éléments qui m'ont ennuyée ...

Anjelica a dit…

Je n'ai jamais lu le roman mais le film que j'ai vu il y a bien longtemps est très beau :)

Romanza a dit…

Anjelica : Je n'ai jamais vu le film! J'aimerai bien!

C'est marrant, mais, même si je garde toujours le même opinion sur ce roman, plus ça va et plus je me rends compte qu'il m'a marquée et que c'est vraiment un bon roman. J'ai plein d'images dans la tête depuis sa lecture ... Il faut le lire!

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je pense qu'il ne faut pas hésiter à lire ce livre, je viens de le finir, il est très émouvant et plein de leçons...leçons à tirer sur nos propres vie. Il est un peu difficile de "rentrer" dans ce livre, le tout début est particulier, on se demande quand Sophie apparaîtra... mais c'est la "complexité" du trio de personnages qui fait la richesse et l'engouement pour le livre. Après tout, chacun de nous est complexe. Et pour tous ceux intéressés par la IIGM, c'est une autre façon de l'aborder, non moins crue, mais différente. Un lire et à relire... même pour les personnes un peu "plus jeunes".

Nicolas a dit…

Grand, immense chef-d'oeuvre. le sexe, il est vrai très présent, ne m'a vraiment dérangé. Ce qui m'a plus (et parfois perturbé), c'est la dualité du roman, qui traite autant de la vie dans les camps à travers les souvenirs de Sophie (excellente restitution) que de la vie du narrateur, en quête perpétuelle de l'âme soeur et de sexe, et ses rapports avec l'écriture (il évoque d'ailleurs Nat Turner, un roman sur l'esclavage qu'il a vraiment écrit). Ce roman est un pur chef-d'oeuvre, car on sent que l'auteur l'a "vécu", l'a "transpiré". Et en plus, c'est remarquablement écrit. Inoubliable.

Praline Pralineries a dit…

Pour ma part, j'ai vraiment eu du mal à rentrer dans ce livre. Je suis un peu déçue. Je l'ai trouvé interminable. Pourtant le thème m'intéresse. Mais jamais je ne me suis attachée à ce trio.