lundi 28 mai 2007

La vie de Madame tout-le-monde

Un coeur simple
Flaubert



Le livre de poche, Collection Libretti à 1 euro 50, Paris, 2005.


"L'histoire d'un coeur simple est tout bonnement le récit d'une vie obscure, celle d'une pauvre fille de campagne, dévote mais mystique, dévouée sans exaltation et tendre comme du pain frais. Elle aime successivement un homme, les enfants de sa maîtresse, un neveu, un vieillard qu'elle soigne, puis son perroquet ; quand le perroquet est mort, elle le fait empailler et, en mourant à son tour, elle confond le perroquet avec le Saint-Esprit. Cela n'est nullement ironique comme vous le supposez, mais au contraire très sérieux et très triste. Je veux apitoyer, faire pleurer les âmes sensibles, en étant une moi-même. " (Flaubert)


Un petit livre très bouleversant. Félicité rencontre et aime des gens qui se détachent, partent, disparaissent. Une histoire simple, la vie de madame tout-le-monde, une femme proche de nous. Félicité naît, vit et meurt. On se demande quelles traces elle laissera après son passage ... Sûrement aucune. Sauf dans le coeur du lecteur ... Un petit roman qui se lit bien et vite. Un roman qui raconte notre vie à tous ...

" Elle avait eu, comme une autre, son histoire d'amour. Son père, un maçon, s'était tué en tombant d'un échafaudage. Puis sa mère mourut, ses soeurs se dispersérent, un fermier la recueillit, et l'employa toute petite à garder les vaches dans la campagne. Elle grelottait sous ses haillons, buvait à plat ventre l'eau des mares, à propos de rien était battue, et finalement fut chassée pour un vol de trente sols, qu'elle n'avait pas commis. Elle entra dans une autre ferme y devint fille de basse-cour, et, comme elle passait aux patrons, ses camarades la jalousaient."

(Un coeur simple, Livre de poche, p 21)


(Source de l'image : e-litterature.net)

1 commentaire:

Matilda a dit…

Rah rah ! J'ai lu ce livre en Juillet et quel bouleversement, je ne pensais pas pouvoir tant l'aimer mais bon dieu qu'est-ce que c'est bien, encore mieux que Madame Bovary !
(Ça y est je suis amoureuse de ton blog)