mardi 11 juin 2013

Point final

Millenium Tome 3
La reine dans le palais des courants d'air
Stieg Larsson

France loisirs, 2008.

Lisbeth sort d’une situation dramatique, elle a bien failli y laisser sa peau. Elle est vivante, mais à l’hôpital, et dans l’incapacité physique de bouger et d’agir. Coincée, elle l’est d’autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille, son père, qui la hait et qu’elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu’elle…Il n’existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Et ces gens de l’ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui la gênent ou qui savent.Côté forces du bien, on peut compter sur Mikael Blomkvist qui, d’une part, aime beaucoup Lisbeth et, d’autre part, commence à concocter un beau scoop sur les secrets d’état qui pourraient par la même occasion, la blanchir à jamais. Mais peut-il encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d’une publication concurrente?
Voilà! J'ai fermé la dernière page de la trilogie Millénium. J'ai passé de très bons moments littéraires, j'ai rencontré des personnages attachants et des crapules de la pire espèce. 
Mais avant de parler de mon impression générale, revenons au tome 3.
Ce tome est aussi vivant que le 2nd. J'ai aimé suivre Mikaël dans son enquête et sa fidélité à Lisbeth est toujours aussi touchante. De nouveaux personnages font leur apparition et des petites enquêtes annexes donnent du pep's au récit. J'ai trouvé les 100 dernières pages particulièrement haletante. Stieg Larsson aime prendre son temps durant toute la première partie de ses romans et quand arrive la fin, il ne nous laisse plus une seconde de répit. Je dois reconnaître être assez déçue par la fin de l'histoire de Lisbeth et Mikaël. J'ai tellement aimé leur relation que de les voir séparés constamment durant les deux derniers tomes et de n'avoir que deux pages finales de retrouvailles m'a complètement frustrée. Le gros atout de cette trilogie est réellement pour moi ce lien unique qui lie Lisbeth et Mikaël. Et je n'en ai pas eu assez. J'aurai aimé, surtout dans ce tome final, moins d'épanchements techniques, administratifs (parfois inutiles) et un peu plus de sentiments, de psychologie .... En règle générale, Stieg Larsson manque un peu d'esprit littéraire. Sa plume est très scientifique, policière, carrée. Cela ne m'a pas gênée outre mesure, mais j'aurai aimé plus de pages sur l'état d'esprit des personnages, leurs émotions, etc ...  J'ai passé un très bon moment de lecture, mais tout comme le tome 2, ce 3ème roman n'arrive pas à la cheville du 1er opus. Un dernier tome qui ressemble beaucoup au second dans son dynamisme, son déroulement et son propos. 
J'ai eu un GROS coup de cœur pour le tome 1. J'ai vraiment adoré cette histoire d'amitié qui se met doucement en place. Je me suis passionnée pour cette enquête addictive, cette sombre famille, cette île inquiétante, la vie de Lisbeth et Mikaël dans leur cabane perdue. Par contre, même si j'ai passé de bons moments et ai été ravie de poursuivre l'aventure, j'ai été nettement moins emballée par les tomes 2 et 3. Je les classe dans la gamme "bon thriller", mais pas dans mes "coups de cœur". Pour ceux qui se lancent dans la série, je vous invite à lire les 3 tomes car ils valent le coup, mais franchement, si vous ne voulez lire que le 1er, je ne vous en voudrais pas. Le meilleur de la série est concentré dans ce 1er tome
Une trilogie, parfois maladroite et inégale, mais qui est très agréable à lire, possédant des qualités indéniables, que j'ai lu avec beaucoup de plaisir. 
A lire! 
Annika avait noté aussi que Lisbeth Salander paraissait par moments plongée dans une profonde dépression et ne manifestait apparemment pas le moindre intérêt pour résoudre sa situation et son avenir. On aurait dit qu'elle ne comprenait tout simplement pas, ou se foutait complètement que la seule possibilité d'Annika de lui procurer une défense satisfaisante était d'avoir accès aux faits. Elle ne pouvait pas travailler dans le noir. Lisbeth Salander était butée et renfermée. Elle faisait de longues pauses pour penser et formulait ensuite avec exactement le peu qu'elle disait. Souvent elle ne répondait pas du tout, et parfois elle répondait subitement à une question qu'Annika avait posée plusieurs jours auparavant. Pendant les interrogatoires de la police, Lisbeth Salander était restée assise dans son lit sans dire un mot, le regard dirigé droit devant elle."
(La reine dans le palais des courants d'air, France Loisirs, 2008)

(Source image : maxisciences.com)

5 commentaires:

Shelbylee a dit…

Je suis d'accord avec toi, le tome 1 n'a pas du tout la même saveur que le deuxième qui m'a beaucoup déçue. Je n'ai d'ailleurs toujours pas lu le tome 3 qui traîne dans ma PAL depuis des lustres !

Soie a dit…

Peut être Mickaël et Lisbteh se seraient-ils retrouvés plus tard...On se sait pas ce que Stieg Larson avait dans la tête, mais il avait prévu beaucoup plus de tomes.
Il n'empêche que j'ai eu moi aussi la nostalgie du tome 1 dans l'ambiance était vraiment spéciale.

Romanza a dit…

Shelbylee : Je comprends! Mais ceci dit, je te conseille de le lire tout de même ;)

Soie : J'aime cette idée ... qui me redonne le sourire! Ou me frustre totalement ... j'hésite!

maggie a dit…

J'ai aimé le tom 1 qui est finalement assez traditionnel dans le genre policier en revanche je trouve les deux autres tomes très " n'importe quoi" et invraisemblable. en plus, cela se tourne vers l'espionnage à grande échelle.... Effectivement, je ne conseille que le 1

LOUANCHI a dit…


HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net