jeudi 19 février 2009

Petits rats de l'Opéra et autres petites bêtes étranges ...

Le fantôme de l'Opéra
Gaston Leroux
(Défi Au délà des mots 2008-2009)

Le livre de poche, 1971.

De mystérieux phénomènes envahissent l'Opéra Garnier à Paris. Un bruit circule dans les couloirs de ce lieu mythique : le fantôme de l'Opéra rôde.
En parallèle de ces événements, Raoul de Chagny retrouve son amour d'enfance, Christine Daaé, merveilleuse cantatrice.
...
Ce billet s'est fait un peu trop attendre, mais ce n'est pas pour cause d'ennui ou d'horrible expérience de lecture. Non, rassurez-vous! C'est même plutôt le contraire comme vous le lirez par la suite. La raison est toute simple, je cours à droite et à gauche en ce moment et je n'ai pas eu souvent l'occasion de me poser pour bouquiner. J'espère que vous me plaignez!
Bref! Revenons à nos moutons ... Enfin, à nos fantômes! (Oh! Mais dites-moi, je suis pleine d'humour aujourd'hui!).
Ce livre est tout à fait charmant! J'ai découvert pour la première fois l'écriture de Gaston Leroux et je peux vous dire que c'est un véritable régal. De l'humour, un brin d'ironie, une pincée de poésie. Un délice!
Je fais de la danse depuis des années et ai habité près de Paris pendant longtemps, du coup pour moi, L'opéra de Paris est un trésor, la caverne d'Ali baba, la grotte aux merveilles. J'ai plongé dans cet univers de danse corps et âme. Les coulisses, les toits, les dessous, les dessus, la face cachée, la face ouverte. Un pur bonheur! Rien que pour l'ambiance, ce roman vaut le détour. C'est un fabuleux roman policier aux accents un peu gothiques et fantastiques.
Le personnage du fantôme est très réussi. On est partagé entre pitié et horreur, dégoût et tendresse ... tout comme l'est Christine Daaé. Ce fantôme plane telle une ombre effrayante sur son royaume, l'Opéra.
La merveilleuse histoire de Raoul et Christine est très touchante. Leur enfance, leur combat, leur tristesse, leur courage deviennent les nôtres. On lutte, on pleure, on aime ... comme eux.
...
Un très bon roman policier (mais pas que ...) comme je les aime. Pas de voyeurisme, un huis-clos passionnant, des personnages bien étudiés, pas de manichéisme, ... un véritable plaisir!
...
L'avis de Karine , ...
...
" Au premier palier, la Sorelli se heurta au comte de Chagny qui montait. Le comte, ordinairement si calme, montrait une grande exaltation.

"J'allais chez vous, fit le comte en saluant la jeune femme de façon fort galante. Ah! La Sorelli, quelle belle soirée! Et Christine Daaé : quel triomphe!

- Pas possible! protesta Meg Giry. Il y a six mois, elle chantait comme un clou! Mais laissez-nous passer, mon cher comte, fit la gamine avec une révérence mutine, nous allons aux nouvelles d'un pauvre homme que l'on a trouvé pendu."

(Le fantôme de l'Opéra, Livre de poche, p35)



(Source image : film de 1925. Allocine.fr)

6 commentaires:

Ys a dit…

Alors il te faut voir l'adaptation de Rupert Julian avec le formidable Lon Chaney : 1925, noir et blanc : superbe !

Kidae a dit…

Bonjour chère Romanza !

Je connaissais ce livre de nom . Ton article me donne envie de le découvrir. J'ai déjà lu du Gaston Leroux (Le mystère de la chambre jaune) et j'avais bien aimé. Je note. A bientôt.

belldenuit a dit…

Si tu as aimé ce Gaston Leroux (que je ne connais pas et dont je note le titre), tu devrais aimer "Le mystère de la chambre jaune" et "le parfum de la dame en noir". On passe un moment inoubliable avec Rouletabille.
Bon week-end Romanza.

Karine :) a dit…

Le fantôme de l'opéra, c'est l'un de mes grands souvenirs d'adolescence! J'ai vraiment adoré, surtout le personnage du fantôme, que je trouvais très intrigant!! Quand je suis allée à l'Opéra de Paris (les deux fois), j'ai vraiment, vraiment adoré! Une vraie petite fille!! C'est un lieu mythique pour moi! La fameuse loge numéro 5... je l'ai prise en photo!!

Romanza a dit…

Ys : Je prends note!

Kidae : Oh! Ma belle! Je compte bien lire "les mystères de la chambre jaune" et "le parfum de la dame en noir" assez vite!

Belle de nuit : Merci de tes conseils jolie dame!

Karine : C'est vrai que je rêverai d'y retourner pour vadrouiller sur les pistes du fantôme!

Nicky a dit…

Gaston Leroux fait partie de ces auteurs de la fin du XIXe, début XXe siècle (avant 1914) que, à l'instar de Jules Verne ou Maurice Leblanc, on classe à tort dans la catégorie "auteurs pour enfants ou adolescents". Beaucoup de pince-sans-rire de la critique estiment qu'il ne s'agit pas là de lecture "sérieuse". Pourtant, quel bonheur de lecture ! quelle verve ! Je ne dirais pas que l'écriture de Leroux est moderne, cela n'a pas de sens. Au contraire, il y a toujours un imparfait du subjonctif qui se cache dans les coins et qui nous rappelle que cet auteur-là est totalement étranger au langage SMS. En revance, quelle cynisme, quelle drôlerie et quel regard acerbe sur le monde qui était le sien.
Gaston Leroux est un auteur qui ne se prend pas au sérieux et, si tu as aimé le Fantôme de l'Opéra, il faut bien sûr lire les Rouletabille (excellente intégrale dans la non moins excellente collection Bouquins) mais aussi le Fauteuil Hanté (qui raconte les aventures d'une élection pour le moins délicate à l'Académie Française) et tout le reste de son oeuvre. Tu ne pourras qu'être surprise, émerveillée et tu riras plus d'une fois !!!
Enfin, n'oublions pas qu'avec le Fantôme de l'Opéra, Gaston Leroux a réussi ce dont rêve tout créateur littéraire : il a créé un mythe mondialement connu !