mercredi 15 octobre 2008

C'est pô juste!

Les aventures d'Oliver Twist
Charles Dickens
Challenge Fashion Klassik List 2008


Folio, 2005.

Oliver, jeune garçon orphelin, est destiné à une vie de misére. Aucun amour, ni aucun espoir ne vient éclairer sa pauvre existence. Après l'orphelinat, puis un rapide apprentissage dans les pompes funèbres, il devient malgré lui complice d'une bande de voleurs. Heureusement, cette mésaventure le ménera jusqu'à un vieux monsieur, la première personne qui prendra soin de lui. Mais le bonheur est de courte durée ....


Oliver Twist est ma première lecture de l'oeuvre de monsieur Dickens.
J'ai aimé l'ambiance du roman, la ville de Londres sous son côté sombre et pauvre, les descriptions des lieux et des personnages. Toute cette atmosphère angoissante et tirant un peu (bien que je sais que Dickens soit réaliste) sur le conte m'a conquise. C'est vrai que ce récit est dit "réaliste", plusieurs scènes montrent la pauvreté de l'Angleterre victorienne, le désarroi des misérables, ... et pourtant, je n'ai pas réussi à me sortir de la tête qu'il y avait un côté conte dans ce roman. Sensation que je n'explique pas vraiment.
L'histoire de ce jeune orphelin est touchante. On se prend d'affection pour ce petit vagabond en herbe qui passe d'une situation à une autre, de l'amour à la haine, de l'espoir au drame. Donc, beaucoup de bon dans cet avis. J'ai aimé l'histoire, l'ambiance, l'écriture. MAIS ... il existe tout de même dans ce petit commentaire deux petites choses à redire. Déjà, pourquoi, nom de nom, avoir, chère collection Folio, traduit Oliver par (tenez-vous bien!) Olivier??? Ce -i- intempestif a eu le don de me mettre les nerfs à vif. J'ai donc fait de la résistance et me suis obstinée à lire Oliver et non Olivier durant tout le roman. Olivier? Non, mais ... si ce n'est pas un crime ça, je ne m'y connais pas!
Deuxième petit point, j'ai trouvé le livre très long. Moi qui suis une adepte de la littérature classique et qui ne m'ennuie pas un seul instant lors des tartines de description de Balzac ou encore de Zola, et bien, là, j'ai trouvé Oliver Twist long. Je ne l'explique pas vraiment, mais j'ai eu une sensation de beaucoup trop. Beaucoup trop de bons sentiments, beaucoup trop de mauvais sentiments aussi, .... Bref ... Un peu long!
Mais je finirai sur une note positive en vous disant que les derniers chapitres m'ont ravie et que j'en ai même regretté mes quelques mouvements d'humeur face à la certaine lenteur du récit.
Je compte bien relire monsieur Dickens ... en autre Les grandes espérances qui, selon les amateurs, est de loin le meilleur ...
L'avis de Heri ...

" Oliver Twist et ses camarades supportèrent la torture d'une lente inanition trois mois durant : à la fin, ils devinrent ... si enragés de faim, que l'un deux... laissa entendre d'un air sombre à ses compagnons qu'à moins de recevoir une écuellée supplémentaire per diem, il craignait bien d'en arriver quelque soir à devorer son voisin de lit, un chétif freluquet d'âge tendre. Il avait l'oeil égaré et avide, et tous le crurent sans hésitation. On tint conseil et on tira au sort pour désigner celui qui le soir même, à la fin du dîner, irait trouver le surveillant pour lui demander un supplément; le sort tomba sur Oliver Twist."

(Les aventures d'Oliver Twist, Folio, 2005)




(Source image : illustration de 1846. Wikipedia.org)



11 commentaires:

keisha a dit…

"M'sieur, j'en voudrais un peu plus !"
Je l'ai lu il n'y a pas longtemps, ce n'était pas mon premier Dickens, j'en ai même lu en anglais (plus jamais, sa prose est trop riche !).
C'est sûr que c'est du bon gros roman classique, avec les grandes envolées de Dickens, c'est son style et son génie ...

Romanza a dit…

Keisha : C'est vrai qu'il a une sacré plume ce monsieur là. Je compte bien en relire!

Isil a dit…

J'adore Dickens mais j'avoue que je comprends qu'on n'accroche pas. C'est si particulier. J'ai adoré Oliver Twist grâce à tout ce qui se passe dans les bas-fonds de Londres, moins pour l'histoire d'Oliver après qu'il ait quitté l'orphelinat. Ca n'est pas mon préféré non plus mais ça ne veut rien dire pour moi parce que je considère qu'un moins bon Dickens est quand même un chef-d'oeuvre.

@ Keisha, après avoir lu mon premier Dickens en anglais (Great expectations d'ailleurs), j'avais eu la même réaction("plus jamais ça!") et puis j'ai persisté et j'aime de plus en plus parce que la richesse en ressort plus justement.
Pour Oliver Twist, par exemple, il y a un jeu de mot qui revient souvent à propos de Bumble (c'est un de ses leitmotivs) avec "parochial" qui veut dire à la fois "paroissial" et "borné", ce qui correspond parfaitement au personnage. Je me demande comment cela a pu être rendu en français.

Désolée pour ce long commentaire, quand je me lance sur Dickens, je suis inépuisable :-)

Romanza a dit…

Isil : Oh! Ce n'est pas que je n'ai pas accroché. J'ai juste trouvé certains passages longs.
Je comprends ta passion pour cet auteur qui écrit merveilleusement bien ... Tout comme toi, l'histoire d'Oliver n'est pas ce qui m'a le plus passionnée. Les descriptions des bas fonds victoriens m'ont beaucoup plus intéressée.

erzébeth a dit…

Entièrement d'accord - c'est un bon roman, indéniablement, mais sa longueur le dessert un peu.
Je suis sûre que ta prochaine lecture de Dickens t'enchantera du début à la fin (du moins si tu lis "De grandes espérances"... ;-) ) !

Karine :) a dit…

Je ne l'ai pas lu celui-là... mais j'ai bien l'intention de finir par lire tous les livres de Dickens... un jour! J'adore sa façon d'écrire!!!

Karine :) a dit…

Ah oui... le "Olivier" m'aurais royalement tapé sur le système moi aussi!! :)

Romanza a dit…

Erzébeth : Contente que tu comprennes ma sensation de longueur. Je suis certaine que Dickens va me conquérir entièrement la prochaine fois!

Karine : C'est indéniable! Il écrit très bien!
Ah! Cet Olivier ... Ggrrr!

Heri a dit…

Je suis assez d'accord sur tout ^^ C'est stupide d'avoir traduit Olivier, non mais mince Oliver c'est Oliver point ! XD
Après moi ce qui m'a un petit peu lassé à la longue, c'est tout ces sentiments...

Matilda a dit…

Je l'ai avec moi en Angleterre ! Je commençais à désespérer parce que lire tous tes avis géniaux et ne pas avoir les livres sous la main me mettait au bord de la folie ... Mais je l'ai avec moi, je l'ai même sortit de ma "bibliothèque" pour en lire les premières lignes hier après avoir visité ton blog tellement je me sentais d'aimer la littérature anglaise ...
Un jour son heure viendra ...

Bénédicte a dit…

J'ai bien aimé la description de Londres et les moments d'émotion que l'auteur nous propose dans ce livre palpitant.