mardi 22 janvier 2008

Parce que l'on a pas toujours envie de dire oui ....

La passion selon Juette
Clara Dupont-Monod
(Défi Le nom de la rose 2008)


Grasset, 2007.




Juette est née en 1158 à Huy, une petite ville de l'actuelle Belgique. Cette enfant solitaire et rêveuse se marie à treize ans dans la demeure de ses riches parents. Elle est veuve cinq ans plus tard. Juette est une femme qui dit non. Non au mariage. Non aux hommes avides. Non au clergé corrompu. Violente et lucide sur la société de son temps, elle défend la liberté de croire, mais aussi celle de vivre à sa guise. Elle n'a qu'un ami et confident, Hugues de Floreffe, un prêtre : à quelles extrémités arrivera-t-elle pour se perdre et se sauver ? Car l'Eglise n'aime pas les âmes fortes...
De ce Moyen Age traversé de courants mystiques et d'anges guerriers, qui voit naître les premières hérésies cathares, Clara Dupont-Monod a gardé ici une figure singulière de sainte laïque. Elle fait entendre enfin la voix de Juette l'insoumise. Peut-être l'une des premières féministes.

Une merveille que ce petit livre! Ecrit dans un style simple mais très érudit, cette histoire d'une sensibilité incroyable m'a émue. Ce roman a double voix (Juette et Hugues) a une façon unique de nous faire entrer dans l'esprit des personnages. Clara Dupont-Monod arrive à nous faire croire que c'est nous-mêmes qui parlons, pensons, ressentons. On devient tour à tour Juette, la passionnée, la révoltée et Hugues, le sage, l'introverti.
Cette histoire aurait pu donner une véritable saga, un gros roman à sentiments, à rebondissements, mais non, Clara Dupont-Monod a décidé de faire dans le pudique, dans l'essentiel, quitte à réduire son lectorat.
230 petites pages de plaisir littéraire où l'on entend la voix de Juette, la voix de la Femme, nous murmurer ses combats, ses interrogations, ses désirs d'être humain vivant et libre.
Un livre facile, intelligent et émouvant.

" Ce vacarme ressemble à une fête dont je me sens exclue. La joie me rend triste. Je n'ai pas ma place. La bibliothèque de Hugues me manque. On m'y accueille sans effusion, alors qu'ici, je ne reconnais plus rien. Ma petite ville ressemble à une fille laide qui se laisse aller. Des remparts, des ponts, des beffrois : Huy est épaisse et dorlotée. "

(La passion selon Juette, Grasset, p 50)


(Source de l'image : uni.ulm.de)

4 commentaires:

florinette a dit…

J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a fait découvrir l'audace de cette femme que je ne connaissais pas du tout !!

Karine a dit…

Je ne suis pas capable de me décider à noter ce livre malgré des tas de critiques positives... probablement que ce n'est pas le bon moment!

Praline a dit…

Mon papa me l'a offert pour Noël.

Lyria / Kidae a dit…

Il faut que tu arrêtes de lire des bons livres, tu vas faire exploser nos listes à lire hi hi hi. Je note ;-).