dimanche 4 novembre 2007

La magie d'un manège

L'enfant multiple
Andrée Chédid

Librio, 2003.


Entre son père, musulman d'Egypte, et sa mère, chrétienne libanaise, Omar-Jo est un enfant heureux ! Aussi souvent qu'il peut, il va dans les montagnes, retrouver son grand-père, troubadour. Il a douze ans. La vie est belle ! Mais il habite Beyrouth. En 1987. Les hommes se font la guerre... Un beau dimanche ensoleillé, devant la porte de chez eux... " Papa ! Maman ! " L'explosion... Assourdissante, meurtrière, lui arrache plus que la vie ... Ses parents... Son bras ... L'exil. A Paris, le petit garçon aux prunelles d'Orient rencontre Maxime le forain... Son manège périclite ? Omar-Jo va le sauver! Sur la piste, au milieu des chevaux et des enfants rieurs, il caracole, chante et danse comme son grand-père au village. Il veut vivre ! Et sous les doigts magiques de son unique main, tout se transforme en or...

On m'a souvent parlée de la poésie de cette auteure, sa douceur, sa sensibilité ... On m'a souvent dit "Allez lis!" ou encore "Cette femme a le don de raconter plusieurs histoires dans une ... Magnifique!"
J'ai L'enfant multiple depuis un moment dans ma bibliothèque ... Je l'ai enfin ouvert! Je confirme. Cette femme a une écriture que je n'ai jamais lu avant ... unique. Quelle douceur, quelle poésie!
Cette histoire est simple, cruelle mais si belle! Une petit livre qui se lit vite, trop vite! Un bijou de tendresse et d'images inoubliables!Un vrai talent que cette auteure, grand-mère du chanteur français Mathieu Chédid, plus connu sous son nom de scène M ... On s'est d'où vient son don pour l'écriture!

Une vrai découverte, un vrai coup de foudre ... Je suis tombée en amour pour cette grande dame et je compte bien enrichir ma bibliothèque de ces oeuvres!

" Illettré, ne signant qu'avec son pouce maculé d'encre, le vieux Joseph était le meilleur conteur de la région. Durant les veillées d'hiver, ceux du voisinage se rassemblaient autour de lui. Pendant les longues soirées d'été, d'autres villageois traversaient les collines pour venir l'entendre. Il excellait aussi dans le chant, dans la danse. Pour les baptêmes, les mariages, les enterrements, on avait chaque fois recours à lui. Entièrement vêtu de blanc ou de noir, selon les circonstances, c'est lui qui précédait et conduisait le cortège."

(L'enfant multiple, Librio, p 49)

(Source de l'image : grainsetpixels.net)

2 commentaires:

Charlie Bobine a dit…

Je note, je note. C'est vrai qu'elle a une plume superbe. J'ai adoré «L'autre» que j'ai lu il y a quelques années déjà. Je ne pense jamais à la lire et pourtant!

Il est temps d'y remédier. :)

Yv a dit…

Bonjour
Celui-ci est excellent, ainsi que L'autre. Toujours aussi poétique.