dimanche 10 mai 2009

Une odeur de tabac mentholé

La petite fille de Monsieur Linh
Philippe Claudel

Le livre de poche, 2007.

Un vieil homme asiatique quitte son pays ravagé par la guerre avec sa petite fille. Il arrive dans son nouveau pays, perdu, ayant pour seule soutien, pour seule force, ce petit bébé qu'il tient dans ses bras.

Et oui! Déjà fini! Deux commentaires en une journée, je vais essayer de ne pas trop vous habituer à ça ... Je ne tiendrai pas le ryhtme et vous risquez d'y prendre goût! Non, mes journées ne se sont pas mises d'un coup à durer 48h au lieu de 24. Non, je vous rassure je fais d'autres trucs dans ma vie que lire. C'est juste que ce roman ne fait que 200 pages. Et puis, oui, c'est vrai, je suis un peu en période de boulimie livresque.
Mais revenons à nos moutons! C'est un bien beau livre que je viens de fermer. Avec une écriture simple et douce, Philippe Claudel nous embarque dans une histoire sensible, une histoire d'amitié, d'amour aussi, de tolérance. Le gros homme que monsieur Linh rencontre est bouleversant. J'ai retrouvé aussi les paysages d'Asie, ses senteurs et ses couleurs, qui me plaisent tant. Ce roman m'a donnée envie de me replonger dans un roman de ma chère Pearl Buck.
Une fin surprenante que j'ai tout de même découverte avant le dénouement, mais que 5 ou 6 pages avant, mon plaisir n'en a donc pas souffert.
Un petit roman sympathique et touchant à découvrir.
...
" C'est un vieil homme debout à l'arrière d'un bateau. Il serre dans ses bras une valise légère et un nouveau-né, plus léger encore que la valise. Le vieil homme se nomme Monsieur Linh. Il est seul désormais à savoir qu'il s'appelle ainsi. Debout à la poupe du bateau, il voit s'éloigner son pays,celui de ses ancêtres et de ses morts, tandis que dans ses bras l'enfant dort. Le pays s'éloigne, devient infiniment petit, et Monsieur Linh le regarde disparaître à l'horizon, pendant des heures, malgré le vent qui souffle et le chahute comme une marionnette. "
(La petite fille de monsieur Linh, Claudel, Le livre de poche, 2007, p9)


(Source de l'image : flickr.com)

5 commentaires:

Lilly a dit…

J'ai été déçue par cette lecture, je m'attendais vraiment à lire un excellent livre, mais il ne m'en reste rien aujourd'hui.
En plus, j'avais deviné la fin très vite (moi qui ne voit jamais rien en général), et visiblement je ne suis pas la seule à avoir eu de l'intuition ;o)...

Sinon, deux billets par jour, je n'aurais rien contre !

Romanza a dit…

Lilly : Moi, je ne m'attendais à rien de spécial, c'est peut-être pour ça que j'ai trouvé ce roman touchant!
Et pour les deux billets par jour ... hum ... ??? Je vais réfléchir!

Aelys a dit…

J'ai été un peu déçue par le style de ce roman, mais je garde un très bon souvenir de l'histoire...

rennette a dit…

J'ai beaucoup aimé cette lecture en devinant une partie de la fin et craignant le pire pour l'autre...
ce n'est pas "pleurnichard" et surtout une belle histoire d'amitié.

Aileean a dit…

Bon, les commentaires sont mitigés mais je serai assez tentée par cette histoire. Surtout qu'il vient de sortor en poche, me semble-t-il...