dimanche 21 octobre 2007

Sculptez, mademoiselle!

Une femme
Anne Delbée


Livre de poche, 2007.



C'est grâce à ce livre, enfin réédité, que nous a été révélée la vie extraordinaire de Camille Claudel. Soeur aînée de l'écrivain Paul Claudel, Camille a connu, en tant que femme et en tant qu'artiste, un destin hors du commun. A la fin du siècle dernier, une jeune fille de dix-sept ans qui veut être sculpteur, c'est inconcevable, voire scandaleux. Or, Camille se lance dans l'aventure à corps perdu, avec l'enthousiasme et la farouche volonté qui la caractérisent. Jusqu'au jour de 1883 où elle rencontre Auguste Rodin. Le Maître accepte de la prendre comme élève ; bientôt il deviendra son amant. Suivent quinze années d'une liaison passionnée et orageuse d'où Camille sortira épuisée et vaincue... Elle mourra en 1943 à l'asile de Montdevergues, près d'Avignon, après un terrible internement qui aura duré trente ans, laissant au jugement de la postérité une oeuvre considérable, d'une rare puissance et d'une originalité visionnaire. Ce livre de réhabilitation de Camille, écrit avec émotion par une autre femme, une autre artiste, lui rend enfin justice.


Magnifique destin. Magnifique roman.Ce livre nous plonge dans l'oeuvre de Camille Claudel, ainsi que celle de Rodin. Un saut au beau milieu du monde artistique de la fin du XIX ème et du début du XX ème siècle.
L'écriture est bouleversante. Anne Delbée sait magnifiquement bien rendre la pensée de Camille Claudel. Ses angoisses, sa passion, tout est décrit si bien que l'on ressent toutes ces émotions nous-même. Le texte est parsemé de fragments des oeuvres de Paul Claudel, frère de Camille, le roman n'en est que plus poétique et saisissant. La passion, l'amour fraternel entre Paul et Camille est magnifique, violent ...
Plusieurs thèmes sont abordés dans ce roman : l'art, la passion, les artistes pauvres, incompris, oublié (très bien rendu dans le texte), le monde sans pitié de la critique artistique, ... Je dirai en résumant que ce livre parle de la vie. La vie d'une femme. Elle aurait pu vivre à notre époque ou il y a mille ans, elle n'en est pas moins la figure de la lutte féminine. Elle se bat pour sa passion ... jusqu'au bout.
Un très beau texte qui me donne envie de me précipiter au musée Rodin pour y voir ses oeuvres.
Un livre magnifique, très bien écrit, intelligent.
Un destin incroyable et bouleversant.
Une figure, un visage qui me hantera longtemps ... Camille Claudel sculptant jusqu'à l'épuisement. Camille Claudel défiant Rodin. Camille Claudel perdue dans les rues de Paris à la recherche d'elle-même, de son art, de la vie ... Camille Claudel ... Camille ... Claudel!
J'aimais déjà l'artiste, maintenant je déifie la femme ...
Lisez-le et vous comprendrez ce que j'essaie de vous dire ...

"Le soleil s'est tout à fait couché. Monsieur Rodin allume quelques bougies. Quelquefois il reste tout seul et regarde des statues à la lueur des flammes. Etrangement, Elles se mettent à vivre, d'une autre vie trouble ; jamais il ne retouche un détail sous cette lumière peu sûre mais il aime les voir frissonnantes, tournées vers lui, brûlantes sous le tremblement de cette lumière traîtresse. Mais là, ce soir, c'est un torse vivant qu'il contemple, une chair épaisse, coulante d'or blanc, Camille, sa Camille, son élève.

(Une femme, Livre de poche, p 169)


(Source de l'image : martinefruit.unblog.fr (Abandon Camille Claudel)

2 commentaires:

Francoise a dit…

Je vais le lire, et je suis sûre que je vais comprendre...
Merci à toi. Bonne journée, et gros bisous.

Shelbylee a dit…

Ton billet est très tentant surtout que j'aime beaucoup cette artiste.
Je le note !