samedi 25 mai 2013

La famille Addams ... en pire!

Millenium Tome 1
Les hommes qui n'aimaient pas les femmes
Stieg Larsson


Edition France Loisirs, 2009

Ancien rédacteur de Millénium, revue d'investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans.
Dans le huis clos d'une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu'un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires. Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu'au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier.

Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers, lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l'écorchée vive vont découvrir ce qu'il faudrait peut-être taire...
Promis, je ne révèle rien ... 
Comme toujours, je découvre les grands succès avec plusieurs trains de retard. Mais j'aime ça. Et je ne changerai pas cette habitude. J'achète souvent les succès (qui me tentent ... Il y en a peu) au moment où tout le monde les lit, mais je ne les ouvre que plusieurs années après, lorsque je ne les croise plus dans les transports, que je n'en entends plus parler. Les 7 tomes de Harry Potter ont subit ce sort, Les piliers de la terre attend toujours dans ma bibliothèque, Hunger games sera dévoré dans quelques temps et Le trône de fer aussi. 
Je sais que je suis loin d'être un cas isolé et que d'autres se reconnaîtront. 
Bref! Et si on parlait de ce premier tome de Millenium
Comme vous le savez, je ne lis que peu de thrillers. A part les vieux policiers à la Agatha Christie, je ne suis pas une fan de ce genre, mais il y a des exceptions. Ce fut le cas pour Shutter island, il y a quelques années et c'est aussi le cas aujourd'hui pour la trilogie Millénium
Je n'irai pas par quatre chemins, j'ai adoré. Alors oui, Stieg Larsson est parfois un peu maladroit dans son style. L'écriture tient, par moment, plus du rapport de police que d'un texte littéraire et il donne parfois des détails qui franchement à part tuer le rythme général ne sert pas à grand chose : " Le sac à dos contenait son Apple iBook 600 blanc avec son disque dur de 25Go et 420 Mo de mémoire vive, fabriqué en janvier 2002 et pourvu d'un écran de 14 pouces " (p223). Je n'ai pas envie de l'acheter ton truc, pétard! Mais étrangement, c'est bien écrit. Oui je sais, l'art de la contradiction. Le texte est fluide, ça coule, c'est intelligent et j'ai complètement embarqué dans cette sombre histoire
J'ai un peu ressenti la même chose que pour ça de Stephen King. Malgré l'horreur de l'histoire, j'ai eu envie de faire partie de l'équipe de Mikaël et Lisbeth. J'ai aimé leur relation, leur quotidien, leurs sandwichs et leur tasse de café à 2h du matin. 
Le gros point positif de ce roman est pour moi les personnages. Ils sont tous bien vivants, réels. Mikaël est très attachant, plein d'humour Il n'est pas un héros caricatural, beau gosse, musclé et indépendant. Il accepte l'aide qu'on lui propose, n'est pas un pro des armes à feu, se retrouve dans des situations franchement glauques et il ne sait pas vraiment comment s'y prendre pour en sortir. Il est profondément bon, simple et humain. Mais bien sûr, LE personnage remarquable qu'à crée Larsson reste Lisbeth Salander. Chapeau bas! Quelle complexité! Un personnage mystérieux, violent, écorchée, instable, désagréable et pourtant, émouvant, touchant, bouleversant. Une femme que l'on a envie d'aider, de prendre dans ses bars (même si les chances qu'elle nous casse le nez sont grandes). Un grand personnage de littérature. Et puis, il y a les autres, Erika, Henrik, Cécilia, Harriet (absente mais très présent tout de même). Chacun joue un rôle particulier, est un être à part entière avec sa personnalité. 
Quant à l'intrigue! Un mot : addictive. Pourtant, Steig Larsson prend son temps. L'intrigue commence à s'accélérer et à devenir haletante qu'à la moitié du roman. J'ai aimé cette mise en place de l'ambiance. Que Mikaël galère à trouver des réponses durant ses premiers mois sur l'île est logique sachant que la disparition de Harriet est restée sans réponse durant quarante ans. Si les nœuds avaient commencé à se défaire trop rapidement, Millénium ne m'aurait pas autant conquise. Tout est maîtrisé.
Je n'ai même pas cherché à découvrir le dénouement. J'ai laissé Larsson construire le puzzle pièce par pièce. Tout se tient, tout est bien huilé. Stieg Larsson a beaucoup d'imagination, mais il la gère, la maîtrise, ne se laisse pas emporter
Je peux comprendre ceux qui n'ont pas continué la série car Les hommes qui n'aimaient pas les femmes à une fin bien à lui. L’énigme de la disparition de Harriet est résolue lorsque l'on tourne la dernière page. Quant à moi, j'ai envie de retrouver Lisbeth et Mikaël, savoir ce qui leur arrive, découvrir le passé de Lisbeth même s'il semble terrible. Ils sont devenus mes amis. Je ne veux pas les laisser là. Et puis, je veux que Stieg Larsson joue de nouveau avec mes nerfs, ma patience et mon sommeil (j'ai terminé ce tome à 2h du matin et j'ai enchaîné avec le tome 2 quelques minutes supplémentaires). 

"  Sa bouche était large, son nez petit et ses pommettes hautes, ce qui lui conférait un vague air d'Orientale. Ses mouvements étaient rapides et arachnéens et, quand elle travaillait à l'ordinateur, ses doigts volaient d'une façon presque surexcitée sur les touches. Son corps était voué à l'échec pour une carrière de mannequin, mais avec un maquillage adéquat, un gros plan sur son visage n'aurait déparé aucun panneau publicitaire. Sous le maquillage - parfois elle arborait un répugnant rouge à lèvres noir -, les tatouages et les piercings elle était... disons... attirante. D'une manière totalement incompréhensible."(Les hommes qui n'aimaient pas les femmes, Stieg Larsson, France loisirs, 2009)

(Source image : xooimage.com)

3 commentaires:

maggie a dit…

Le premier tome est très réussi, je suis absolument d'accord avec toi ( c'est très traditionnel, il faut dire) mais j'attends de voir si tu vas aimer les suivants car les deux m'avaient déçue.

Romanza a dit…

Maggie : Tu titilles ma curiosité sur les deux autres tomes!
Le début du tome 2 sur les îles Grenade est quelque peu déconcertant, mais pour le moment, j'aime toujours! A voir!!!!

Mais vu que j'ai déjà la nostalgie du tome 1 (la rencontre de Lisbeth et Mikaël, leur vie sur l'île, leur relation etc ...), il me semble que je ne peux que préféré ce 1er tome aux deux autres!

Lilly a dit…

J'ai moins aimé que toi, mais j'ai quand même commencé le tome 2 qui a l'air tout à fait sympathique (si on peut utiliser ce mot pour désigner ce livre).
J'ai aussi beaucoup aimé l'adaptation avec Daniel Craig (pas vu l'autre).