lundi 9 avril 2012

C'est une vérité universellement reconnue qu'un bon téléfilm met du baume au coeur

Orgueil et préjugés


Téléfilm de 1995 (BBC) en 6 parties de Sue Birtwistle et Simon Langton avec Jennifer Ehle et Colin Firth.


Voilà qu'hier soir (ainsi que toute la nuit), je me suis retrouvée seule, abandonnée par Romanzo. Qu'à cela ne tienne, je me suis faite une soirée délicieuse en regardant pour la énième fois Orgueil et préjugés (1995). Cela faisait bien plus d'un an (depuis la naissance de Romanzino en fait) que je ne m'étais pas laissée bercer par l'histoire de Lizzie et Darcy .... Et, ah lalalala, ça fait un bien fou! 
Calée dans mon lit, je me suis régalée durant 6 heures de ce petit bijou austinien. 

J'ai seulement évoqué ce téléfilm ici, mais je n'en ai jamais réellement parlé. Pour moi, jaser sur ce film équivaut à parler d'un roman que j'ai adoré. C'est à la fois indispensable et totalement impossible. Je sais bien qu'en décidant d'écrire sur cette adaptation, je finirais frustrée et déçue, mais bien lucide, sachant que ce que j'ai écrit ne représente qu'un quart de ce que je ressens. 


Cette série est une merveille. On relit les mots de Jane Austen à chaque dialogue, redécouvre les descriptions dans chaque paysage, on sourit des mêmes scènes, on pleure aux mêmes instants. Cette adaptation est un cri d'amour. Un amour infini pour l'univers de Jane Austen. Les réalisateurs ont tout compris. Sa délicatesse, sa satire, son ironie, sa passion, son amour pour ses héros, son humour, son romantisme ... 


La réussite de ce téléfilm tient aussi au jeu incroyable des acteurs. En commençant par les deux héros : Elizabeth Bennett et Mr. Darcy. 
Je trouve le choix de ces acteurs tout simplement parfait. On a souvent reproché à Jennifer Ehle de ne pas être assez jeune et jolie pour le rôle. Je trouve, pour ma part, cela faux. Jennifer Ehle est une beauté passionnée aux yeux expressifs, s'illuminant à chacun de ses sentiments. Elle est pour moi parfaite. Une beauté sans défaut n'aurait pas pu être Lizzie. Darcy ne tombe pas sous son charme dès le premier regard, il n'y a pas de coup de foudre entre eux. Lizzie est d'une beauté discrète remarquée par les esprits intelligents ... comme elle. 
Et Colin Firth! Que dire? C'est LE Darcy de Jane Austen. Pas moins. Son génie vient surtout de son regard. Pas besoin de mots, on suit le cheminement de ses sentiments par son regard. L'indifférence, puis l'intérêt, l'admiration, l'amusement, le trouble, l'amour. La scène la plus parlante est bien entendu lorsque Lizzie est au piano avec Georgiana. Tout est dit. Cette scène est sublime. Non, pas de longs baisers fougueux ou de déclaration échevelée au soleil couchant. Pas un mot, juste un regard. Tout le talent de Colin Firth est dans cette scène. Et bien sûr c'est un parfait Darcy car les bottes empires lui vont à merveille, qu'il porte la chemise mouillée comme personne et qu'un homme se remettant autant en question pour une jeune femme le vaut bien ... 
Les autres personnages sont également magnifiques. Une Mrs Bennett exaspérante, un Mr Bennett ironique et soucieux, un Mr Collins repoussant à souhait, des soeurs Bingley que je claquerai bien et les autres. Seule Jane Bennett est à mon sens physiquement fade par rapport à Lizzie. Elle est normalement plus belle que sa soeur cadette, pourtant je trouve l'actrice assez laide. Je suis d'accord avec Lou qui lui trouve un air "bovin" ... Mais le rôle est, c'est vrai, très bien joué. C'est une Jane douce et généreuse comme dans le roman.


Je pense que je pourrais parler assez longtemps de cette adaptation en ayant par la même l'impression de ne parler pour rien dire. Je vais donc m'arrêter là. Je ne peux que conseiller à tous les amoureux de Jane Austen de déguster cette délicieuse série. C'est un véritable plongeon dans l'univers d'Orgueil et préjugés qui nous donne envie de se précipiter sur le roman (d'ailleurs, j'en ai relu des passages après). Les échanges entre Darcy et Lizzie sont parfaits et on pourrait rester à les écouter durant des heures ... Que du bon, que du Austen, que du Darcy ... 
Tiens, je la regarderai bien encore pour la peine .... 

(Source images : leslecturesdecachou.overblog.com ; jacobinette.com ; seventhartists.skyrock.com ; bazar-de-la-litterature.cowblog.fr)

4 commentaires:

Kidae a dit…

J'adore cette adaptation. Je l'ai déjà visionnée plusieurs fois et je ne m'en lasse pas ! Ton billet rend vraiment honneur à ce téléfilm que, comme toi, je conseille à tous les amoureux/ses de Jane Austen.

Alice a dit…

Je suis d'accord avec tout ce que tu dis mais particulièrement pour la scène du piano!!! C'est pour moi l'une des plus belles scènes d'amour de touts les films que j'ai vu! Et il ne s'agit que d'un regard...

Aelys a dit…

"Pour moi, jaser sur ce film équivaut à parler d'un roman que j'ai adoré. C'est à la fois indispensable et totalement impossible".
Je suis totalement d'accord avec toi et c'est une vraie difficulté !
Tu nous offres pourtant une belle critique de cette superbe série.

Lou a dit…

Je suis tout à fait d'accord avec la scène du pianoforte que commente aussi Alice, il y a une telle intensité dans le regard de Darcy... c'est une série très subtile, qui retraduit pour moi parfaitement le roman, et l'esprit du roman notamment. Je me rends juste compte maintenant qu'elle a malheureusement un peu vieilli, surtout au niveau des couleurs, quand on compare à Sense and Sensibility (dernière version BBC). Malgré tout je l'ai déjà vue plusieurs fois et elle reste un de mes DVD préférés.