dimanche 1 novembre 2009

" Lis tranquillement et laisse les mots te bercer comme une musique "

Matilda
Roald Dahl
Matilda's contest

Folio junior, 2009.

A l'âge de cinq ans, Matilda sait lire et a dévoré tous les classiques de la littérature. Pourtant, son existence est loin d'être facile, entre une mère indifférente, abrutie par la télévision et un père d'une franche malhonnêteté. Sans oublier Mlle Legourdin, la directrice de l'école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable. Sous la plume acerbe et tendre de Roald Dahl, les événements se précipitent, étranges, terribles, hilarants. Une vision décapante du monde des adultes !

Je viens de dévorer ce fabuleux roman cet après-midi lovée sur mon canapé, une théière chaude à proximité. Un moment de détente, de bonheur, de joie tout simplement merveilleux.
J'ai attendu longtemps avant de découvrir (enfin) Roald Dahl. J'aurai pensé avoir un léger regret de ne pas avoir lu ce génie de la littérature enfantine avant, durant mes jeunes années de lectrice. Mais en fait, il m'a donnée tant de satisfaction durant ses deux dernières heures que je n'ai aucun regret. Certes, le découvrir enfant doit être tout simplement merveilleux, éblouissant, cela doit être une véritable révélation mais Roald Dahl a une telle capacité de nous envoyer dans le monde de l'enfance, que même adulte, on est transporté, envoûté, ébloui. A genou devant ce monstre de la littérature enfantine!
Matilda est une histoire à la fois drôle, touchante, merveilleuse et réaliste. Tout y est!
Et ce premier chapitre!! Comment ne pas fondre lorsque l'on est une amoureuse de la littérature? Dès que j'ai tourné la dernière page, j'ai relu tout de suite le premier chapitre intitulé si joliment Une adorable petite dévoreuse de livres. Voici un extrait qui vous donnera l'eau à la bouche : " Au cours des après-midi suivants, Mme Folyot eut peine à détacher ses regards de la petite fille assise des heures durant dans le grand fauteuil au bout de la pièce, avec le livre sur les genoux. Le volume était en effet trop lourd pour qu'elle pût le tenir dans ses mains, si bien qu'elle devait rester penchée en avant pour pouvoir lire. Et c'était un étrange spectacle que celui de cette minuscule créature aux cheveux noirs, assise avec ses pieds qui n'atteignaient pas le sol, totalement captivée par les aventures de Pip et de la vieille Miss Havisham dans sa maison pleine de toiles d'araignées, totalement envôutée par la magie des mots assemblés par le prodigieux conteur qu'était Dickens." (p14/16).
Mlle Candy, l'institutrice, a tout de suite eu tout mon attachement. J'aime sa façon de vivre, sa vision simple et douce de l'existence. Sa petite maison au milieu de la nature rend encore plus inhumaine celle des parents de Matilda remplie des sons de la télévision, sans chaleur, sans amour.
Autre ravissement de ce roman, les dessins de Quentin Blake. Ils sont indissociables du texte, font intégralement partis de ce sublime roman. Ils apportent un ravissement supplémentaire, un nouveau souffle de bonne humeur, une touche de gaiété et d'émotion en plus.

Offrez-vous une petite après-midi, préparez-vous une bonne théière, installez-vous confortablement et lisez Matilda. Vous aurez alors deux heures de total ravissement!

"À dater de ce jour-là, Matilda ne se rendit plus à la bibliothèque qu'une fois par semaine pour y prendre des nouveaux livres et rendre ceux qu'elle avait lus. Sa petite chambre était devenue sa salle de lecture et elle y passait le plus clair de ses après-midi à lire avec, bien souvent, une tasse de chocolat à côté d'elle. Elle n'était pas encore assez grande pour atteindre les choses dans la cuisine, mais elle tenait cachéen dans la cour, une caisse légère sur laquelle elle se juchait pour attraper les ingrédients dont elle avait besoin. La plupart du temps, elle préparait du chocolat, réchauffant le lait dans une casserole sur le fourneau avant d'y jeter le cacao. Il n'y avait rien de plus agréable que de boire un chocolat à petites gorgées en lisant.
Les livres la transportaitent dans des univers inconnus et lui faisaient rencontrer des personnages hors du commun qui menaient des vies exaltantes. Ainsi navigua-t-elle sur d'antiques voiliers avec Joseph Conrad, explora-t-elle l'Afrique avec Ernest Hemingway et l'Inde avec Rudyard Kipling. Ainsi assise au pied de son lit, dans sa petite chambre d'un village anglais, visita-t-elle de long en large et de haut en bas le vaste monde."

(Matilda, Roald Dahl, Folio, 2009, p20)
(Source image : leslecturesdemarie.free.fr. Dessin de Quentin Blake)

5 commentaires:

Mango a dit…

Comme j'ai aimé aussi ce livre que j'ai découvert tout récemment! Un vrai bonheur de lecture!

Emily a dit…

Je ne connais pas encore ce livre, mais cette lacune sera bientôt comblée grâce au Matilda's Contest. Merci pour ce bel avis, Romanza ! ;-)

Anonyme a dit…

Heureuse que tu ai entamé si glorieusement ton challenge et que la lecture t'ait plu. Je te conseillerais si tu le peux de voir l'adaptation qui en a été faite au cinéma de 1997 (elle est sublime).
Bonne chance pour la suite !

(raison-et-sentiments.cowblog.fr)

Romanza a dit…

Mango : Je partage tes sentiments!

Emily : Je suis pressée de connaître ton opinion!

Matilda : Merci pour le conseil! Et merci pour cette belle idée de challenge!

Bénédicte a dit…

quelle mignonne petite fille que cette Matilda sensible aux problèmes des adultes malgrè son âge et dotée d'un fort caractère