samedi 22 décembre 2007

"A quoi ça sert de conter ta vie si t'en inventes pas des bouts?"

Les chroniques du Plateau-Mont-Royal
Michel Tremblay

Actes Sud/Thésaurus, 2000.

La vie d'un quartier de Montréal débutant en 1942 et se terminant dans les années 60. Plus particulièrement, l'histoire d'une famille bien particulière de ce quartier : la famille de la vieille Victoire.


Cet intégral réuni les six tomes des Chroniques que l'on peut trouver séparément :
1 - La grosse femme d'à côté est enceinte , 2 - Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-Anges, 3 - La Duchesse et le Roturier, 4 - Des nouvelles d'Édouard, 5 - Le premier Quartier de la lune, 6 - Un objet de beauté.


Que dire ! Il y aurait tant de choses et pourtant … je ne trouve pas mes mots. Bon ! Je vais tout de même essayer, mais prenez bien conscience que mon cœur est bien plus rempli que ce commentaire …
Dans Les chroniques du Plateau-Mont-Royal, Michel Tremblay nous offre un mélange magnifique de triste réalité et de tendre poésie. C’est ce qui m’a le plus touchée : cette dimension de rêve qu’il nous fait partager alors que l’existence de ses personnages est dure, sensible, fragile.
Ce qui m’a émue aussi c’est le vivant des protagonistes. Ils sont là parmi nous, si bien décrits qu’ils en deviennent presque palpables. On les voit évoluer, on les entend penser, on écoute leur cœur. Ils font partis de notre univers. Que c’est dur de les quitter … même pour un instant.
En refermant le dernier tome, on a l'impression d'avoir passer notre vie avec eux et une pointe de nostalgie apparaît dans notre coeur. On repense à La grosse femme d'à côté est enceinte, à Thérése et Pierrette à l'école des saints-anges et on se demance pourquoi. Pourquoi tant de rêves gâchés? Mais aussi, pourquoi ma lecture doit-elle s'arrêter bientôt?
L’écriture est fluide, coulante. Ce livre se lit facilement. Rien ne bloque, tout passe. Et pourtant, ces six tomes sont extrêmement intelligents, pointilleux sur la psychologie, sur des thèmes philosophiques profonds.
Une histoire à la fois intime, personnelle, mais également sobre, pudique, délicate. Un plaisir indescriptible à lire ces six merveilleux romans qui parlent de la vie, de la mort, de la famille. Où il se dégage malgré tout un amour des petits riens de l'existence même si cette dernière est cruelle. Un livre où l'amour des mots, des livres est omniprésent.
Un livre sur tant de choses que je ne pourrai toutes les citer.
Un dernier mot : Lisez!
Faites la connaissance de l'émouvante Albertine, de la magnifique grosse femme, du tendre Marcel, d'Edouard le rêveur, de Thérése la vivante et tous les autres. Ils feront partis de votre vie ... pour toujours!

"Les lilas sont déjà finis." Pierrette avait posé son sac d'école sur la marche, à côté d'elle. "Sont déjà tout bruns, tout chesses." Thérèse se dandinait d'un pied sur l'autre devant son amie. Elle aurait bien aimé commencer une partie de "ciel, purgatoire, enfer", mais elle savait qu'elles n'auraient pas le temps de la terminer avant de partir pour l'école. Elle s'arrêta, le temps de se gratter un mollet. "Les lilas sont finis mais les coeurs-saignants s'en viennent. Moé, j'aime mieux les coeurs-saignants."

(Thérèse et Pierrette à l'école des Saints-anges in Chroniques du Plateau-Mont-Royal, Actes sud, p 197)


(Source de l'image : orleansautrement.unblog.fr (Doisneau)

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Rien à ajouter de ce magnifique commentaire sur l'un des trésor de la littérature québécoise. Merci de ces superbes mots narrant ton très beau voyage au pays de Tremblay.
Suzanne http://lesmotsracontent.discutforum.com

Karine a dit…

Magnifique commentaire! Je n'ai pas terminé les chroniques (J'ai aussi cette même édition) mais je connais les personnages par les pièces de théâtres où ils apparaissent et j'adore! (C'est ma première visite ici, je vais explorer un peu... j'ai trouvé le lien pour ton blog, chez Charlie Bobine)